Un « Coup de grâce » dans une guerre sans fin (1918-1923)

Truisme s’il en est que de rappeler que les mémoires des évènements historiques et singulièrement des guerres, même lorsque leurs enjeux initiaux n’ont plus de pertinence, sont ressenties de façon différente et parfois opposée d’un pays à l’autre. En dépit des apparences créées par les belles images des cérémonies du centième anniversaire du 11 novembre […]

Alessandro Baricco nous parle de Rossini

Le 13 novembre dernier, l’Institut culturel italien recevait dans la grande salle du splendide Hôtel de Gallifet, jadis demeure de Talleyrand, Alessandro Baricco, pour une soirée consacrée au compositeur Gioachino Rossini, dont on célèbre cette année le cent cinquantième anniversaire de la disparition. On ne présente plus l’auteur à succès de « Seita » et de « Novecento », […]

La politique étrangère de Donald Trump : de l’inconséquence de l’homme à l’incohérence d’une politique

Pour ceux qui tentent de suivre depuis vingt mois la politique étrangère américaine et s’efforcent d’en dégager le fil conducteur, serait-il le plus inattendu et le plus iconoclaste, la tâche est ardue. La trajectoire est déroutante, chaotique, peu lisible et semble-t-il, au moins dans son immédiateté, semée de contradictions. 

Chauveau-Lagarde : l’honneur d’un avocat

A l’occasion du 225ème anniversaire du procès de Marie-Antoinette, s’est tenue jusqu’au 16 octobre à la Chapelle Expiatoire, square Louis XVI à Paris, une exposition intitulée « Chauveau-Lagarde, avocat de Marie-Antoinette. Un défenseur au tribunal révolutionnaire ». La Revue Politique et Parlementaire a souhaité consacrer un article à cet illustre et courageux avocat.

Le retrait américain du traité sur le nucléaire iranien

Le retrait américain du traité sur le nucléaire iranien : un révélateur

L’Europe n’a que trop tendance à oublier que les États-Unis, nés d’un rejet de ses propres travers, ont leurs spécificités. Nourris de puritanisme, de foi en la raison et de libéralisme lockien, fuyant les persécutions religieuses et toutes les formes d’arbitraire et d’absolutisme, les « Pères fondateurs » rejetaient viscéralement les jeux de puissance machiavéliens […]