« A cause des succès des populistes, mais aussi des écologistes, la vie politique européenne va commencer à ressembler à la « vraie vie » »

Dans le long entretien qu’il a accordé à Frédéric Lazorthes, Pierre Manent met à jour l’une des contradictions majeures de la dynamique de l’Union européenne : celle-ci préjuge une « force potentielle » qui de facto se heurte à « une faiblesse réelle ». Plus loin encore, le philosophe voit dans l’Europe actuelle une construction qui « a créé des liens entre les Européens, mais des liens qui restent pour l’essentiel en-deçà du politique ».