Christian Estrosi annonce la création d’une conférence régionale en PACA

Christian Estrosi a été élu à la présidence de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur avec 81 voix contre 42 pour Marion Maréchal-Le Pen. Il succède ainsi au socialiste Michel Vauzelle qui occupait la fonction depuis 1998.

Revue Politique et Parlementaire – Lors de votre discours d’investiture à la présidence de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, vous avez déclaré que vous serez « le Président de la bataille pour l’emploi ». Quelles actions concrètes allez-vous mener ?

Christian Estrosi – Gagner la bataille pour l’emploi est effectivement ma priorité. Je ne serai pas le Président qui acceptera que sa région continue à piteusement fermer la marche en matière de chômage avec l’un des trois taux les plus élevés de France. Fin 2015 plus de 470 000 personnes étaient sans emploi dans notre région. Ce chiffre est en augmentation de 6 % sur l’année, ce n’est pas acceptable.

Pour remédier à cette situation, nous avons lancé le processus de création d’une plateforme qui sera mise à la disposition des demandeurs d’emplois et des entreprises pour les mettre en contact et qui sera effective dès le mois d’avril prochain.

Il faut également revoir la politique de formation de fond en comble. Je vais imposer aux organismes de formation des contrats d’objectif sur le taux de retour à l’emploi. Aujourd’hui il est seulement de 48 % c’est largement insuffisant. 50 % des formations bénéficieront désormais aux demandeurs d’emplois que nous devons former en fonction des besoins des entreprises. Aujourd’hui plus de 25 000 offres d’emplois ne sont pas pourvues dans notre région.

Enfin, je veux faire de l’apprentissage une voie d’excellence.

Je vais donc créer une banque régionale de l’apprentissage. Toutefois, je regrette également que le Gouvernement ai fait obstacle à ma proposition de loi le 4 février dernier qui visait à abaisser l’âge de l’apprentissage à 14 ans, ce qui est pourtant une mesure essentielle.

J’ai également demandé au Président de la République que notre région soit un territoire pilote pour coordonner la politique de l’emploi de A à Z. Cela impliquera un transfert de Pôle emploi au Conseil régional.

RPP – Le développement économique et les entreprises sont également au cœur de vos préoccupations. Quelles mesures spécifiques seront prises en faveur des entreprises ?

Christian Estrosi – Je veux que la Région devienne le premier partenaire des entrepreneurs et des créateurs de richesses. J’ai donc amorcé la mise en place de nouveaux outils qui permettront aux chefs d’entreprise de disposer d’un territoire plus attractif et d’une collectivité à leur service.

IndustrieJe pense notamment à la création d’un guichet unique pour les entreprises de la Région qui sera effectif dès le mois d’avril prochain. Le Fonds d’investissement de la région sera effectif dès septembre. Je reviens de Bruxelles où j’ai décroché plus de 250 millions d’euros de fonds européens pour doper notre économie régionale. Enfin, les études d’implantations des douze opérations d’intérêt régional seront lancées d’ici la fin du mois de février.

RPP – Vous souhaitez développer des filières d’excellence à travers douze opérations d’intérêt régional en lien avec les collectivités territoriales. De quoi s’agit-il ? 

Christian Estrosi – L’idée est d’identifier, en lien avec les autres collectivités locales et les représentants des entreprises, douze territoires sur lesquels nous concentrerons des moyens importants pour créer des gisements d’emplois. Ces douze opérations d’intérêt régional seront structurées autour de filières d’excellence comme par exemple les biotechnologies, la santé, le numérique, la défense ou encore l’agriculture.

RPP – Vous ambitionnez de faire de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur la
première
« smart région » d’Europe. Comment la Région peut-elle devenir un leader dans le numérique ?

Christian Estrosi – Je vais faire de Provence-Alpes-Côte-d’Azur la vitrine européenne du territoire intelligent. Comme j’ai permis à Nice de se hisser au rang de quatrième Smart City du monde devant Singapour je veux que notre région soit un territoire pilote. Ceci passe par le développement des projets des start-up avec la création d’incubateurs, des aides à l’implantation des entreprises innovantes via une politique foncière et fiscale favorables ou encore en créant des passerelles entre le monde de la recherche, de l’enseignement supérieur et de l’entreprise.

Notre région porte également un ambitieux projet nommé FlexGrid qui peut potentiellement créer plus de 6 000 emplois dans notre région et représenta quelques 500 millions d’euros d’investissement.

RPP – La région détient le record national des annulations et retards de trains. Comment remédier à ces dysfonctionnements ?

Christian Estrosi – Au lendemain de mon élection à la tête de la région j’ai rencontré le Président de la SNCF pour lui faire part de ma volonté de voir s’améliorer la qualité du service des TER en Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Ces négociations ont abouti le 29 janvier dernier à la signature d’un avenant au contrat de la société qui prévoit la mise en place d’un service d’indemnisation des passagers victimes des retards et des annulations de trains. Le volet sécurité est également important et cet avenant prévoit le déploiement de la vidéo-protection dans les gares et les trains ainsi que la création d’un Centre de supervision urbain en gare Saint-Charles. Mais ce n’est qu’une première étape et nous aurons tout au long de l’année des négociations avec la SNCF pour aboutir en 2017 à un nouveau contrat plus contraignant.

RPP – La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur est la seconde destination touristique de France. Comment envisagez-vous de conforter cette attractivité ?

Christian Estrosi – Avec plus de 30 millions de visiteurs chaque année et des retombées économiques de l’ordre de 15 milliards d’euros notre région est en effet la deuxième destination touristique de France. D’ici cet été, nous allons travailler en lien avec les professionnels du tourisme pour élaborer un schéma régional du tourisme.

Plusieurs enjeux se présentent à nous. Nous devons développer les activités touristiques sur toute l’année et limiter autant que faire se peut la saisonnalité. Il faut donc améliorer et adapter l’offre de services aux besoins des touristes. À ce titre, le tourisme vert en lien avec notre potentiel géographique exceptionnel est une piste que je souhaite développer. Je veux également développer le tourisme autour de notre patrimoine qui a trop longtemps été laissé à l’abandon et dont le potentiel n’a pas été exploité.

Il faut donc coordonner les structures existantes et instaurer une politique d’itinérance innovante.

Enfin, nous avons la chance inouïe de disposer de trois des « marques » les plus connues du monde : Provence, Alpes et Côte-d’Azur.

Il est indispensable de capitaliser sur ces trois marques pour en faire une véritable force d’attraction des touristes.

RPP – Vous avez annoncé la création d’une conférence régionale. Quelle est la vocation d’une telle instance et quels en seront les membres ? 

Christian Estrosi – C’était un engagement très fort de ma part durant la campagne électorale et il a été voté le 29 janvier dernier.

Cette conférence régionale consultative a pour objectif de faire en sorte que chaque habitant de la région se sente représenté.

Je veux que la liberté d’expression, de contradiction, d’opposition puisse pleinement s’exprimer en Provence-Alpes-Côte-d’Azur. C’est également pour moi un moyen de prendre en considération le caractère exceptionnel de ces élections.

Toutes les listes qui ont concouru au premier tour des élections seront donc représentées au sein de cette conférence régionale, sauf le Front national qui a refusé d’y participer. Ceci montre bien à quel point ils n’aiment pas le débat démocratique.

Enfin des représentants de la société civile seront également membres de cette conférence, dont je veux qu’elle soit un lieu de propositions. Propositions qui, si elles vont dans le sens de l’intérêt général, pourront être soumises au vote de l’Assemblée régionale.

Christian Estrosi
Président du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur
(Propos recueillis par Florence Delivertoux)

Photo : GabboT/Wikimedia Commons

Avatar

Florence DelivertouxA propos de Florence Delivertoux

Navigation de l’article