Le référendum, la Ve République et la démocratie

La place occupée par le référendum dans la Constitution de 1958 marque d’abord la volonté du général de Gaulle d’établir un lien direct entre le chef de l’État et le peuple. En cela elle fait écho au mouvement révisionniste de la IIIe République visant à briser la souveraineté parlementaire pour la rendre à son véritable
Abonnez-vous ou connectez-vouspour lire la totalité de cet article.