Les primaires : de la martingale de la victoire à la machine à perdre ?

Sur la base de la victoire de François Hollande en 2012, les primaires ouvertes ont été célébrées à la fois comme une avancée démocratique et un outil performant sur le plan électoral. À la faveur d’une forte mobilisation (2,9 millions de votants au second tour), cette procédure, inédite tant dans l’histoire du PS que de
Abonnez-vous ou connectez-vouspour lire la totalité de cet article.