Les révisions constitutionnelles depuis trente ans (et aujourd’hui) ou l’érosion de la souveraineté

Mon propos est de montrer – en insistant sur la dernière et sur la prochaine de ces révisions – combien les révisions constitutionnelles intervenues depuis un quart de siècle réduisent la marge de manœuvre de l’État, pris dans sa branche exécutive comme dans sa branche législative, et ce, du fait des nouvelles contraintes, tant nationales
Abonnez-vous ou connectez-vouspour lire la totalité de cet article.