Mai 68 : entre opinions de la majorité silencieuse et des minorités actives

Nos représentations des événements historiques sont souvent construites sur des impressions douteuses liées aux mythologies que les acteurs développent et que les médias reprennent. Mai 68 n’échappe pas à cette logique. Les interprétations de cette éruption de manifestations, d’affrontements plus ou moins violents, de grèves et d’occupations d’usines qui paralysèrent le pays ont fleuri chez
Abonnez-vous ou connectez-vouspour lire la totalité de cet article.