Max Weber, penser le paradigme démocratique

Le politologue Christian Savès, auteur de plusieurs essais dans le domaine de l’histoire des idées et de la pensée politique, s’emploie dans cet ouvrage à démontrer, avec des arguments convaincants, que  Max Weber, le grand sociologue allemand a eu des intuitions saisissantes sur ce qu’allait intrinsèquement devenir la démocratie au XXe siècle, sur les problèmes de principe et les problèmes pratiques qu’elle pose, dans la sphère politique. 

C’est sous l’angle sociohistorique et sociopolitique qu’il est conduit à s’intéresser à la démocratie et à son devenir. Il s’est interrogé sur sa nature intrinsèque, sa faiblesse structurelle mais aussi sur ce qui tendait à la rendre universelle, malgré tout.

L’empirisme wébérien, explique Christian Savès, le place en situation de comprendre avant les autres, en tout cas avant un certain nombre d’autres, que la démocratie « pour des raisons généralement peu avouables (considérations électorales,  clientélisme outrancier, esprit de parti…), tend à produire un déficit décisionnel, dans la vie politique et partant une certaine incapacité, au moins une certaine réticence à l’action ». Il y a chez ce sociologue une certaine défiance à l’égard de la démocratie « comme s’il entrevoyait ce qu’elle pouvait produire en fait de permissivité et de laxisme politiques lorsqu’elle s’abandonne à ses vieux démons, se laisse travailler par eux ». Max Weber a certes compris très tôt que la politique est fondamentalement une entreprise de domination et que la démocratie contemporaine ne représente, au mieux, qu’une médiation de la domination. Mais il est également le sociologue de la rationalité, estime Christian Savès. Son ralliement à la démocratie résulte plus d’un mariage de raison, au nom de la realpolitik, que d’un choix délibéré fait par pure conviction. « Penseur soucieux d’identifier le réel et ses contingences, d’intérioriser ses contraintes face au désenchantement de son époque, il est tenté (et la politique avec lui) de se trouver de nouvelles raisons d’espérer ».

À travers la vision politique de Weber, Christian Savès a réussi à faire ressortir la complexité et les paradoxes de la démocratie à l’ère des masses.

Cet ouvrage bien structuré contribue à mieux cerner la pensée de Max Weber, mais aussi à approfondir notre réflexion sur la démocratie.

Christian Savès
Publibook, 2017
194 p. – 17,50

Laisser un commentaire