Temir Porras Ponceleón : « Le Venezuela de Nicolas Maduro, du fait de ses immenses difficultés économiques et politiques, ne contribue plus à la construction du monde multipolaire »

Né en 1974, Temir Porras Ponceleón a occupé très jeune des fonctions de premier rang dans l’appareil d’Etat vénézuélien. Il fut en particulier conseiller diplomatique du président Hugo Chavez, directeur de cabinet des ministres des Affaires étrangères, dont Nicolas Maduro, Vice-ministre des Affaires étrangères et Vice-ministre de l’Education supérieure. Il a été le négociateur de nombreux accords internationaux, en particulier financiers et pétroliers, pour le compte du gouvernement bolivarien et a également dirigé des fonds souverains du Venezuela. Ayant pris ses distances avec le gouvernement de Caracas, il est aujourd’hui consultant international en matière de politique et d’intégration latino-américaines. Ancien élève de l’ENA, Temir Porras est aussi professeur associé à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Il a bien voulu répondre aux questions de la Revue Politique et Parlementaire et de François Vuillemin, ancien chef des services économiques français à Caracas et spécialiste du Venezuela.

Confusion vénézuélienne

La journée du 30 avril 2019 a marqué une nouvelle étape dans la crise politique, institutionnelle et de légitimité dans laquelle se débat le Venezuela. Au-delà du déroulement précis de « l’Opération Liberté », dont on apprécie encore mal la teneur exacte en raison de l’interdiction faite aux principaux médias internationaux de couvrir les évènements, ce paroxysme dans la crise peut cependant s’analyser à plusieurs niveaux.