Un an d’état d’urgence : la régression de l’Etat de droit

Le 15 novembre 2016, le président de la République annonçait le renouvellement de l’état d’urgence, état d’exception, jusqu’à l’élection présidentielle1. Depuis des mois les défenseurs des droits de l’homme expriment leur opposition à un état d’urgence permanent dans des tribunes ou des ouvrages ; citons Paul Cassia dans un livre publié à l’automne 2016 sous
Abonnez-vous ou connectez-vouspour lire la totalité de cet article.