L’Europe et Jacques Chirac : une relation distante, un intérêt tardif

La relation de Jacques Chirac à l’Europe ne fut pas un long fleuve tranquille. Au fond de lui-même, il resta tout au long de sa vie politique prisonnier d’une vision gaulliste de l’Europe que lui avait inculquée ses maîtres en politique Charles de Gaulle et Georges Pompidou. Il fut et resta jusqu’au bout un eurosceptique bien qu’il tentât de se « racheter » lorsqu’il devint président de la République en 1995.