Haut-Karabakh : que fait la diaspora arménienne ?

«[Les Européens] n’ont que faire de la prévention des massacres. Pendant les massacres d’Arménie, ils s’exhortèrent les uns les autres à endosser un devoir sacré, puis ils se sont satisfaits de cette expression creuse. Leur devoir sacré, ils l’ont laissé aux chiens. Preuve est faite que ce Concert européen, conçu pour empêcher le bain de sang, n’est qu’une agrégation stérile.» Les mots de Stephen Newark Crane, écrivain de la fin du XIXème siècle, nous poussent à nous interroger sur la sincérité de la relation qu’entretiennent les pays européens à l’égard du peuple arménien ainsi que sur leur capacité et leur volonté à garantir la paix.