Assemblée Nationale

Peuple souverain, le retour

Le débat entre Marie-Françoise Bechtel pour République Moderne et André Bellon pour l’Association pour une Constituante, qui devait avoir lieu à l’Ecole Normale Supérieure le 6 novembre dernier et qui avait dû être reporté en raison des mesures sanitaires pourra, espérons-nous, se tenir à la rentrée de septembre. D’ici là, leur échange pour lancer le débat et qui fera aussi intervenir quelques « interpellateurs ».

François Mitterrand

François Mitterrand et l’Afrique : retour sur le fameux discours de La Baule du 20 juin 1990

Au 10 mai 2021, commémoration du XLè anniversaire de l’accession de François Mitterrand à la présidence de la République française, Roger Koudé rappelle sa relation particulière avec le continent africain. De ses 14 années à la tête de l’Etat français et de la politique mitterrandienne de l’Afrique, l’on retiendra probablement en particulier le fameux discours de La Baule du 20 juin 1990 comme l’un des faits marquants.

Préfecture

L’étonnante vitalité du corps préfectoral ne peut être sacrifiée

L’histoire de la France se confond avec celle de son État qui a précédé et créé la nation avec le concours d’une administration publique vouée et dévouée à l’unité du pays. L’institution préfectorale appartient aux racines de cet État. Suite à l’annonce de la disparition du corps préfectoral, Paul Bernard, Préfet de région honoraire et Président d’honneur de l’Association du Corps préfectoral, revient sur les particularités de ses fonctions et leur lien avec la société moderne.

Bicentenaire de la mort de Napoléon – Bruno Retailleau : « Napoléon a voulu être le réconciliateur des Français »

Le bicentenaire de la mort de Napoléon constitue un événement mémoriel qui interpelle le politique. La mémoire de l’Empereur est aujourd’hui, comme elle le fut par le passé, l’objet de débats. Que reste t-il de son legs ? Quels en sont les enseignements ? Qu’est-ce que cette histoire nous révèle de nos fractures présentes et passées ? Comment les politiques s’approprient ou non cette dernière ? Il nous a semblé utile de les interroger. D’aucuns n’ont pas souhaité répondre, d’autres se sont prêtés à l’exercice. Ce sont leurs contributions que nous livrons à nos lectrices et à nos lecteurs.

Bicentenaire de la mort de Napoléon – Hervé Marseille : « Je m’éloigne du bonapartisme quand il rime avec jacobinisme au mépris du parlementarisme »

Le bicentenaire de la mort de Napoléon constitue un événement mémoriel qui interpelle le politique. La mémoire de l’Empereur est aujourd’hui, comme elle le fut par le passé, l’objet de débats. Que reste t-il de son legs ? Quels en sont les enseignements ? Qu’est-ce que cette histoire nous révèle de nos fractures présentes et passées ? Comment les politiques s’approprient ou non cette dernière ? Il nous a semblé utile de les interroger. D’aucuns n’ont pas souhaité répondre, d’autres se sont prêtés à l’exercice. Ce sont leurs contributions que nous livrons à nos lectrices et à nos lecteurs. 

Bicentenaire de la mort de Napoléon – Nicolas Dupont-Aignan : « Il est malheureusement tombé par les défauts de ses qualités »

Le bicentenaire de la mort de Napoléon constitue un événement mémoriel qui interpelle le politique. La mémoire de l’Empereur est aujourd’hui, comme elle le fut par le passé, l’objet de débats. Que reste t-il de son legs ? Quels en sont les enseignements ? Qu’est-ce que cette histoire nous révèle de nos fractures présentes et passées ? Comment les politiques s’approprient ou non cette dernière ? Il nous a semblé utile de les interroger. D’aucuns n’ont pas souhaité répondre, d’autres se sont prêtés à l’exercice. Ce sont leurs contributions que nous livrons à nos lectrices et à nos lecteurs. 

Bicentenaire de la mort de Napoléon – Patrick Mignola : « Napoléon l’homme de l’égalité civile »

Le bicentenaire de la mort de Napoléon constitue un événement mémoriel qui interpelle le politique. La mémoire de l’Empereur est aujourd’hui, comme elle le fut par le passé, l’objet de débats. Que reste t-il de son legs ? Quels en sont les enseignements ? Qu’est-ce que cette histoire nous révèle de nos fractures présentes et passées ? Comment les politiques s’approprient ou non cette dernière ? Il nous a semblé utile de les interroger. D’aucuns n’ont pas souhaité répondre, d’autres se sont prêtés à l’exercice. Ce sont leurs contributions que nous livrons à nos lectrices et à nos lecteurs.