1870-2020 : Cent cinquante ans de la proclamation de la République – Suite et fin

A l’occasion des 150 ans de la proclamation de la République, l’Observatoire de la vie politique et parlementaire et le Comité Carnot, avec la participation de l’Observatoire des institutions, administrations et collectivités, ont rédigé un « cahier républicain ». La Revue Politique et Parlementaire a décidé d’en publier les contributions. Aujourd’hui « « Gambettistes » ou « Ferrystes »… peu importe ! Républicains avant tout… » par Denys Pouillard.

La séparation entre « gambettistes » et « ferrystes » apparaît dès les élections de février 1871 et donc bien avant la « Commune de Paris » : des républicains radicaux ou « extrême gauche », particulièrement adversaires des conditions de paix que la Prusse veut imposer ; des républicains plus ouverts aux négociations, avec Jules Ferry, Jules Favre, Jules Grévy dans un pays dont une quarantaine de départements sont occupés par l’envahisseur.

Après la Commune et en août 1871, Gambetta tente une union de tous les républicains… qui échoue.

Les républicains modérés « ferrystes » se regroupent au sein de la Gauche républicaine ; les « gambettistes » dans une « Union républicaine » fragilisée par la présence plus à gauche d’un groupe de radicaux à la fois proches des « communeux » et partisans d’un retour aux sources de la République de 1848.

Arago, Favre, Grévy, Jules Simon, Hippolyte Carnot et son fils Sadi Carnot, Auguste Casimir-Perier, Dorian rejoignent Jules Ferry et le groupe de la gauche républicaine. Gambetta rassemble autour de l’Union républicaine Barodet, Louis Blanc, Eugène Pelletan, Adolphe Crémieux, Floquet, Goblet… et ses compagnons de route à la fin de l’Empire, Challemel-Latour et Ranc (Allain-Targé n’arrivera au Palais Bourbon qu’en 1876 et Spüller en 1877) Le groupe « extrême gauche » réunit de manière hétéroclite Georges Clemenceau, Edgar Quinet, Victor Schoelcher, Victor Hugo, Paul Bert, Ledru-Rollin, Rochefort avec…Pyat, Delescluze, Millière – Les élections de 1876 (février et mars ) qui permettent l’accès d’une gauche majoritaire au Palais Bourbon rebattent les cartes en interne au sein de la gauche parlementaire avec la constitution d’un groupe « Gauche Républicaine » plus puissant encore de 193 députés et l’« l’Union républicaine » de Gambetta élargie par l’adhésion de certains « extrême gauche » de 1871 (Paul Bert ou Georges Clemenceau…) de 98 membres.

Le « manifeste des 363 », le 13 mai 1877, donne le coup de grâce à la présidence de Mac-Mahon et conduit aux élections d’octobre 1877 au cours desquelles le bloc républicain atteint les 320 élus, puis 400 en 1878.

Les élections d’août et septembre 1881 portent, onze ans après le « 4 septembre », Gambetta, président de la Chambre des députés, à la tête du gouvernement – un gouvernement éphémère puisque Léon Gambetta décède le 31 décembre 1881. La « gauche républicaine » historique de Ferry est fortement affaiblie mais l’union des républicains, pour un temps, dépasse dans le pays les querelles d’hommes ; la gauche représente un bloc de plus de 418 députés.

S’opèrent déjà les recompositions et transferts qui vont illustrer toute l’histoire tumultueuse des Républicains et des radicaux de la Troisième République.

Les divisions qui sont de retour dans la « famille » républicaine ont des conséquences aux élections d’octobre 1885 et conduisent à un fractionnement du bloc républicain (383 élus) : quatre-vingt-trois « centre gauche » deux cents « gauche républicaine » et « union républicaine », une cinquantaine de radicaux-socialistes, une quarantaine de radicaux, une douzaine de socialistes. L’Union des droites se reforme sur des thématiques (comme la défense cléricale et l’école ou le nationalisme de la Ligue des patriotes de Déroulède) et non plus sur la forme du gouvernement.

Dix ans après la Commune de Paris, dix ans après le traité de paix, c’est une génération nouvelle de Républicains qui arrive aux commandes de l’État ; une génération pas plus gambettiste que ferryste…des candidats plus jeunes à droite comme à gauche aident à tourner la page définitivement de l’affrontement République contre Royauté ou Empire ; la République est admise et les élections de 1885, 1889, 1893 vont renforcer le clan républicain.

La quatrième législature (1885-1889) demeure un marqueur important dans l’histoire de la Troisième République : l’apparition des premières crises de régime, à commencer par le premier scandale de la République et la démission du Président de la République, Jules Grévy ; puis le danger boulangiste. La classe politique se radicalise à droite comme à gauche et les élections de septembre et octobre 1889 envoient certes une majorité de gauche de 328 sièges et de nouveaux « courants » à gauche apparaissent : à « l’extrême gauche » le « parti ouvrier des travailleurs » de Guesde et Dormoy, le « comité révolutionnaire » de Vaillant , la « Fédération des travailleurs socialistes » de Brousse, un « parti socialiste indépendant » et le « parti ouvrier socialiste révolutionnaire ». Un certain électorat de droite commence à voter républicain ; parallèlement l’électorat républicain modéré s’inquiète de l’avancée des idées socialistes. Se constitue dès lors une majorité républicaine de gouvernement qui, aux élections de 1893 dispose de 317 sièges. Les élus républicains d’hier laissent la place à de nouveaux venus : la moitié de la Chambre des députés est rajeunie en 1893.

Il faut se familiariser avec les nouveaux « Gambetta », les nouveaux « Ferry », les nouveaux « Carnot », les nouveaux « Freycinet ».

Une génération qu’on ne peut attribuer spécifiquement ni à Gambetta ni à Ferry…mais à l’esprit républicain, à « l’idée républicaine » : une génération tout simplement de Républicains qui ont vécu jeunes, l’invasion, la guerre civile, l’effort de guerre, les réparations, le paiement rapide de la dette de guerre, la reconstruction des zones dévastées ; une génération qui se convainc que la République c’est l’école de l’intérêt général, du solidarisme, de l’éducation pour tous, du droit de penser librement. Combien de ces députés républicains seront ministres dans le cabinet Gambetta mais aussi dans les cabinets Ferry…

Une génération qui a appris à s’unir mais qui va vite apprendre, au contact des crises successives et des excès de pouvoir… à se désunir !

 

Denys Pouillard

 

 

 

 

 

Ce sont les Loubet, Ribot, Dupuy, Jean Casimir-Périer, Waldeck-Rousseau, Léon Bourgeois, Combes, Briand, Barthou, Caillaux, Viviani et naturellement Clemenceau qui occupent la scène. Clemenceau qui a 29 ans à la proclamation de la République et qui s’engage pleinement dans les joutes électorales dès le lendemain du « 4 septembre » ; le plus radical des républicains de la première heure qui fait et défait les gouvernements durant trente ans et ne devient lui-même ministre qu’en 1906 puis président du conseil et le redevient de novembre 1917 à janvier 1920 ; Clémenceau qui honnissait la régente au soir du 4 septembre 1870 et qui, quarante-neuf ans plus tard, fait porter un message de remerciement à l’ex impératrice – « la vieille », disait-il – pour le précieux document transmis (correspondance avec Bismarck prouvant que le chancelier prussien ne considérait pas l’Alsace et la Lorraine comme une extension nécessaire et vitale pour les besoins du territoire allemand) afin de convaincre le président Wilson, en 1919, que le retour des provinces annexées étaient de bon droit. Jules Méline qui a 32 ans en 1870 est considéré comme un homme de droite…en oubliant le républicain élu député « gauche républicaine » en 1876, ministre dans le cabinet Ferry en 1883 ; encore ministre dans le cabinet Briand de 1915 à 1916, il est avec Clemenceau, quarante ans après sa première élection l’un des derniers républicains bâtisseurs de la jeune République.

Louis de Freycinet, ministre d’État dans le cabinet Briand de 1915 à 1916 a 85 ans lorsqu’il quitte le pouvoir après quarante ans de vie politique commencée comme sénateur en 1876 et quatre fois président du conseil

Armand Fallières a 29 ans en 1870 comme Clemenceau ; en 1876 il est élu député comme Méline ; trois ministères clefs (Intérieur- et Cultes – Instruction publique, Justice) et une présidence du conseil jusqu’à son élection comme Président de la République en 1906 ; il décède le 18 février 1913.

Les élus de gauche en février 1871 et aux élections complémentaires

Ceux de 1869 Extrême gauche Union républicaine Gauche républicaine Gauche modérée Emmanuel Arago (1812), Jules Barthélémy-Saint-Hilaire , Paul-Louis-Gabriel Bethmont, Adolphe Crémieux, Horace de Choiseul-Praslin, Adolphe Cochery, Léopold Javal, Paul de Jouvencel, Frédéric Dorian , François Esquiros, Jules Favre, Jules Ferry, Wladimir Gagneur, Léon Gambetta, Jules Grévy, Jacques Larrieu, Joseph Magnin, François Malézieux, Eugène Pelletan, Ernest Picard, Louis Riondel, de Rochefort, Jules Simon, Pierre-Albert Tachard (démissionnaire), Pierre Tassin, Edmond de Tillancourt, Daniel Wilson Les nouveaux

Extrême gauche : Martin-Bernard, Paul Bert, Bloncourt, Bonnel, Casse, Clemenceau, Cournet, Daumas, de Rochefort, Charles Delescluze, Escarguel, Gambon, Victor Hugo, Joigneaux, Laurier, Ledru-Rollin, Lockroy, Millière, Naquet, Offroy-Durieu, Périn, Peyrat, Pyat, Edgar Quinet, Razoua, Rouvier, Schoelcher, Simiot, Tirard, Tridon, Turigny.

Union républicaine : Adam, Allemand, Arrazat, Barbaroux, Barni, Barodet, Berlet, Louis Blanc, Boucau, Bouchet, Boysset, Brelay, Brillier, Breton, Brousses, Caduc, Carion, Castelnau, Cazot, Chaix, Challemel-Lacour, Chavassieu, Chevandier, Colas, Corbon, Cotte, de Lacretelle, Pierre Denfert-Rochereau, Deregnaucourt, Dréau, Dupouy, Charles Dupuy, Farcy, Ferrouillat, Floquet, Gent, Goblet, Greppo, Guyot, Jacques, Lacascade, Lafon de Fongaufier, Laget, Langlois, Laurent-Pichat, Lefèvre, Lepère, Lherminier, Marcou, Jules Méline, Millaud, Ordinaire, Pory-Papy, Ranc, Robinet de La Serve, Roudier, Scheurer-Kestner, Taberlet, Tardieu, Testelin, Tiersot, Tolain, Vuillermoz.

Gauche républicaine : Amat, Ancelon, Arnaud (Ariège), Bamberger, Billot, Boersch, Bozérian, Breton, Marc-Antoine Brice, Brun, Hippolyte Carnot, Sadi Carnot, Auguste Casimir-Perier, Carquet, Chardon, Charton, Chassaignac de Latrade, Chevandier, Camille Claude, Clerc, Clerel de Tocqueville, Cunit, Danelle-Bernardin, de Mahy, de Pompéry, Deschange, Dorian, du Motier de Lafayette, François Auguste Dubois, Ducarre, Duclerc, Ducoux, Dufay, Dufraisse, Dupont-de-L’Eure, Duprat, Eymard Duvernay, Faidherbe, Faye, Fernier, Flottard, Flye-Sainte-Marie, Folliet, Fourcand, Frébault, Gagneur, Gatien-Arnoult, George, Girerd, Girot-Pouzol, Godin, Godissart, Guichard, Guillemaut, Guinard, Guiter, Heirieis, Hérisson, Hèvre, Louis Humbert, Gustave Humbert, Jacques-Palotte, Jouin, Journault, La Flize, Labelonye, Alexis Lambert, Lamorthe, Lamy, Le Royer, Leblond,

Lebreton, Lefranc, Lenoël, Lesguillon, Levêque, Lignier, Littré, Loustalot, Lucet, Maillé, Malens, Margaine, Henri Martin, Mazeau, Melsheim, Mestreau, Michal-Ladichère, Henri Moreau, Paul Morin, Morvan, Nioche, Noblot, Noël-Parfait, Parent, Pellissier, Joseph Philippe, Pin, Poujade, Rameau, Germain Rampon-Léchin, Renaud, Francisque Reymond, Ferdinand Reymond, Robert, Roger-Marvaise, Rollan, Rollin, Rousseau, Roussel, Roux, Salneuve, Sansas, Sénard, Silva, Soye, Jules Simon, Swiney, Tamisier, Thomas, Thurel, Turquet, Valentin, Varroy, Viallet, Villain, Viox, Warnier.

Ces députés républicains de 1871 et 1876 qui deviennent ministres

La participation gouvernementale des parlementaires est encore la meilleure façon d’évaluer la représentation des sensibilités républicaines particulièrement après 1876. Y a-t-il plus de « gambettistes » que de « ferrystes » ? Plus de républicains de gauche que de droite ? Des dominantes existent mais mineures jusqu’aux élections législatives de 1889 et durant la cinquième législature ; la perméabilité des courants républicains assure la solidité et l’unité face aux représentations encore actives – mais déclinantes – des bonapartistes et royalistes. En revanche les dix dernières années du XIXèm siècle actent le recours aux alliances de circonstances avec des groupes plus radicaux à gauche ou plus centristes à droite. Des députés républicains se tournent vers le socialisme modéré ou au contraire se rapprochent de courants plus libéraux en matière économique et sociale.

DP

Jules Barthélémy-Saint-Hilaire (1805) à 75 ans, ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Ferry du 23 septembre 1880

Paul Bert (1833) à 48 ans, ministre de l’Instruction publique dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881

Henri Brisson (1835) à 50 ans, président de la Chambre des députés du 3 novembre 1881 au 6 avril 1885 et du 18 décembre 1894 au 31 mai 1898, du 12 janvier 1904 au 10 janvier 1905, du 8 juin 1906 au 13 avril 1912 ; président du conseil et ministre de la Justice le 6 avril 1885, président du conseil et ministre de l’Intérieur le 28 juin 1898

Charles Brun (1821) 62 ans, ministre de la Marine et des colonies dans le cabinet Ferry du 21 février 1883

Sadi Carnot (1837) à 42 ans, sous-secrétaire d’État aux travaux publics dans les cabinets Waddington du 4 février 1879 et de de Freycinet du 28 décembre 1879 puis ministre des travaux publics dans le cabinet Ferry du 23 septembre 1880, des finances à partir du 16 avril 1885 dans le cabinet Brisson, Président de la République le 3 décembre 1887

Auguste Casimir-Perier (1811) à 60 ans, ministre de l’Intérieur dans les cabinets Dufaure du 11 octobre 1871 au 18 mai 1873

Jules Cazot (1821) à 58 ans, ministre de la justice dans les cabinets de Freycinet, Ferry et Gambetta du 28 décembre 1879 au 30 janvier 1882

Paul Challemel-Lacour (1827) à 56 ans, ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Ferry du 21 février 1883 ; président du Sénat du 27 mars 1893 au 16 janvier 1896

Horace de Choiseul-Praslin (1837) à 43 ans, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères dans le cabinet Ferry du 23 septembre 1880

Georges Clemenceau (1841) 65 ans, ministre de l’Intérieur dans le cabinet Sarrien du 14 mars 1906 puis président du conseil et ministre de ‘intérieur du 25 octobre 1906 au 24 juillet 1909 et de nouveau président du conseil et ministre de la guerre du 16 novembre 2017 au 20 janvier 2020

Adolphe Cochery (1819) à 58 ans, sous-secrétaire d’État aux finances dans le cabinet Dufaure du 13 décembre 1877 et ministre des postes et télégraphes du 5 février 1879 jusqu’au 6 avril 1885

François de Mahy (1830) à 52 ans, ministre de l’agriculture dans les cabinets de Freycinet, Duclerc, Fallières du 7 août 1882 au 21 février 1883

Eugène Duclerc (1812) à 70 ans, président du conseil et ministre des Affaires étrangères du 7 août 1882 au 29 janvier 1883

Jules Dufaure (1798) à 73 ans, vice-président du conseil et ministre de la justice du 19 février 1871 au 25 mai 1873 et du 23 février 1876 au 12 décembre 1876 et président du conseil du 13 décembre 1877 au 4 février 1879

Jules Favre (1809) à 64 ans, ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Dufaure du 18 mai 1873

Léopold Faye (1828) à 48 ans, sous-secrétaire d’État à l’intérieur à partir du 16 mai 1876 dans le cabinet Dufaure, ministre de l’Instruction publique et des Beaux Arts dans les cabinets Tirard du 12 décembre 1887 et du 22 février 1889 au 17 mars 1890

Jean-Baptiste Ferrouillat (1820) à 68 ans, ministre de la Justice dans le cabinet Floquet du 3 avril 1888 (il démissionne le 4 février 1889)

Jules Ferry (1832) à 47 ans, ministre de l’Instruction publique et des Beaux Arts dans les cabinets Waddington et de Freycinet du 4 février 1879 au 23 septembre 1881 puis président du conseil et ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts du 21 février 1883 au 20 novembre 1883 et des Affaires étrangères jusqu’au 6 avril 1885 ; président du Sénat du 24 février 1893 au 17 mars 1893.

Charles Floquet (1828) à 60 ans, président de la Chambre des députés du 8 avril 1885 au 3 avril 1888 et du 16 novembre 1889 au 10 janvier 1893 ; président du conseil du 3 avril 1888 au 22 février 1889

Léon Gambetta (1838) à 41 ans, président de la Chambre des députés du 31 janvier 1879 au 27 octobre 1881 ; président du conseil ministre des Affaires étrangères du 14 novembre 1881 au 31 décembre 1882

Cyprien Girerd (1832) à 45 ans, sous-secrétaire d’État à l’agriculture dans les cabinets Dufaure, Waddington, de Freycinet et Ferry du 13 décembre 1877 jusqu’au 14 novembre 1881

René Goblet (1828) à 51 ans, sous-secrétaire d’État à la justice dans le cabinet Waddington du 4 février au 28 décembre 1879 puis ministre de l’Intérieur dans le cabinet de Feycinet du 30 janvier au 7 août 1882, de l’Instruction publique et des Beaux-Arts dans les cabinets Brisson et de Freycinet du 6 avril 1885 au 11 décembre 1886, président du conseil et ministre de l’intérieur et des cultes du 11 décembre 1886 au 30 mai 1887, ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Floquet du 3 avril 1888.

Jules Grévy (1807) à 72 ans, président de l’Assemblée nationale du 16 février 1871 au 2 avril 1873 (à Bordeaux) puis de la Chambre des députés du 13 mars 1876 au 230 janvier 1879; Président de la République du 30 janvier 1879 au 2 décembre 1887

Anne-Charles Hérisson (1831) à 51 ans, ministre des travaux publics dans les cabinets Duclerc et Fallières du 7 août 1882 au 21 février 1883 puis du Commerce dans le cabinet Ferry jusqu’au 6 avril 1885

Gustave Humbert (1822) à 60 ans, ministre de la justice dans le cabinet de Freycinet du 30 janvier au 7 août 1882

Philippe Le Royer (1816) à 63 ans, ministre de la Justice dans le cabinet Waddington du 4 février au 28 décembre 1879

Charles Lepère (1823) à 54 ans, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur dans le cabinet Dufaure du 13 décembre 1877 puis ministre de l’Intérieur dans les cabinets Waddington et de Freycinet du 4 février au 28 décembre 1879

Edouard Lockroy (1838) à 48 ans, ministre du Commerce et de l’Industrie dans les cabinet de Freycinet et Goblet du 7 janvier 1886 au 30 mai 1887 puis de l’Instruction publique et des Baux Arts dans le cabinet Floquet du 3 avril 1888, ministre de la Marine dans le cabinet Léon Bourgeois du 1er novembre 1895 puis dans les cabinets Brisson et Dupuy du 28 juin 1898 au 22 juin 1899

Pierre Magnin (1824) à 55 ans, ministre des finances dans les cabinets de Freycinet et Ferry du 28 décembre 1879 au 14 novembre 1881

Charles Mazeau (1824) à 63 ans, ministre de la Justice dans le cabinet Rouvier du 30 mai au 30 novembre 1887

Jules Méline (1838) à 38 ans, président de la Chambre des députés du 4 avril 1888 au 11 novembre 1889 ; sous-secrétaire d’État à la justice dans le cabinet de Jules Simon du 12 décembre 1876 au 17 mai 1877, ministre de l‘Agriculture dans le cabinet Ferry du 21 février 1883, président du conseil et ministre de l’Agriculture du 29 avril 1896 au 28 juin 1898, ministre de l‘Agriculture dans le cabinet Briand du 29 octobre 1915 au 12 décembre 1916

Edouard Millaud (1834) à 52 ans, ministre des travaux publics dans les cabinets de Freycinet et Goblet du 7 janvier 1886 au 30 mai 1887

Ernest Picard (1821) à 50 ans, ministre de l’Intérieur dans le cabinet Dufaure du 19 février 1871 David Raynal (1840) député en 1879 à 39 ans, sous-secrétaire d’État aux Travaux publics dans le cabinet Ferry du 23 septembre 1880 puis ministre des Travaux publics dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881 et du cabinet Ferry le 21 février 1883, ministre de l’Intérieur dans le cabinet Jean Casimir-Perier du 3 décembre 1893.

Paul-Armand Rousseau (1835) à 47 ans, sous-secrétaire d’État aux travaux publics dans le cabinet de Freycinet du 30 janvier 1882 et à la Marine et aux colonies dans le cabinet Brisson du 6 avril 1885

Maurice Rouvier (1842) à 39 ans, ministre du Commerce et des colonies dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881, du commerce le 14 octobre 1884 dans le cabinet Ferry du 21 février 1883, président du conseil le 30 mai 1887 jusqu’au 3 décembre 1887, ministre des finances dans les cabinets Tirard , Freycinet, Loubet et Ribot du 22 février 1889 au 13 décembre 1892 et dans le cabinet Combes du 7 juin 1902, puis de nouveau président du conseil et successivement ministre des finances puis des Affaires étrangères du 24 janvier 1905 au 18 février 1906 et président du conseil et ministre des Affaires étrangères du 18 février au 14 mars 1906

Jules Simon (1814) à 57 ans, ministre de l’Instruction publique et des Beaux Arts dans le cabinet Dufaure du 19 février 1871, puis président du conseil et ministre de l’Intérieur du 12 décembre 1876 au 17 mai 1878

Pierre Emmanuel Tirard (1827) à 52 ans, ministre de l’Agriculture et du Commerce le 5 mars 1879 dans les cabinet Waddington Freycinet et Ferry jusqu’au 14 novembre 1881, puis de Freycinet du 30 janvier au 7 août 1882, ministre des finances dans les cabinets Duclerc, Fallières et Ferry du 7 août 1882 au 6 avril 1885, ministre, président du conseil et ministre des finances du 12 décembre 1887 au 3 avril 1888 puis président du conseil et ministre du Commerce de l’Industrie et des colonies du 22 février 1889 au 17 mars 1890, ministre des finances dans les cabinets Ribot du 13 décembre 1892 au 4 avril 1893

Edmond Turquet (1836) à 43 ans, sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique et Beaux-Arts dans les cabinets Waddington, de Freycinet et Ferry du 4 février 1879 au 14 novembre 1881, dans les cabinets Brisson et de Freycinet du 6 avril 1885 au 11 décembre 1886.

Henri Varroy (1826) à 53 ans, ministre des travaux publics dans les cabinets de Freycinet du 28 décembre 1879 au 23 septembre 1880 et du 30 janvier au 7 août 1882

William Waddington (1826) à 47 ans, ministre de l’Instruction publique dans le cabinet Dufaure du 18 mai 1873, de l’Instruction publique et des Beaux Arts dans les cabinets Dufaure et Jules Simon du 9 mars 1876 au 17 mai 1877, ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Dufaure du 13 décembre 1877 au 4 février 1879 puis président du conseil du 4 février au 28 décembre 1879

Daniel Wilson (1840) à 39 ans, sous-secrétaire d’État aux finances dans les cabinets de Freycinet et Ferry du 28 décembre 1879 au 14 novembre 1881

François Allain-Targé (1832) à 49 ans, ministre des finances dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881 et ministre de l’Intérieur dans le cabinet Brisson du 6 avril 1885

Jacques-Eugène Spüller (1835) député en 1876 à 41 ans, sous-secrétaire d’État à la présidence du conseil et Affaires étrangères dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881, ministre de l’Instruction publique Cultes et Beaux Arts dans le cabinet Rouvier du 30 mai 1882, des Affaires étrangères dans le cabinet Tirard du 22 février 1889, de nouveau ministre de l’Instruction publique Beaux Arts et Cultes dans le cabinet Jean Casimir-Perier du 3 décembre 1893

Eugène Blandin (1830) sous-secrétaire d’État à la guerre dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881

Charles Baïhaut (1843) à sous-secrétaire d’État aux Travaux publics dans les cabinets Duclerc, Fallières, Ferry du 7 août 1882 au 6 avril 1885 et ministre dans le cabinet de Freycinet du 7 janvier au 11 décembre 1886

Edmond Caze (1839) à 42 ans, sous-secrétaire d’État à l’Agriculture dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881

Jean-Marie Chalamet (1822) à 59 ans, sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique et Cultes dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881

Jean Constans (1833) à 46 ans, sous-secrétaire d’État à l’intérieur et Cultes dans le cabinet de Freycinet du 28 décembre 1879 puis ministre de l’Intérieur et Cultes dans le cabinet Ferry du 27 septembre 1880, ministre de l’Intérieur dans les cabinets Tirard et de Freycinet du 22 février 1889 au 27 février 1892

Auguste Dautresme (1826) ministre du Commerce le 9 novembre 1885 dans le cabinet Brisson, du commerce et de l’Industrie dans les cabinets Rouvier et Tirard du 30 mai 1887 au 3 avril 1888

Paul Devez (1837) ministre de l’Agriculture dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881, ministre de la Justice dans les cabinets Duclerc et Fallières du 7 août 1882 au 21 février 1883

Eugène Durand (1838) sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique et Beaux-Arts dans le cabinet Ferry du 21 février 1883

Jules Duvaux (1827) sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique et Beaux-Arts dans le cabinet de Freycinet du 30 janvier 1882, ministre de l’Instruction publique et Beaux-Arts dans et les cabinets Duclerc et Fallières du 7 août 1882 au 21 février 1883

Présidents de la République, présidents du conseil, présidents des chambres parlementaires

Georges Clemenceau (1841) à 65 ans, ministre de l’Intérieur dans le cabinet Sarrien du 14 mars 1906 puis président du conseil et ministre de l‘intérieur du 25 octobre 1906 au 24 juillet 1909 et de nouveau président du conseil et ministre de la guerre du 16 novembre 2017 au 20 janvier 2020

Sadi Carnot (1837) à 42 ans, sous-secrétaire d’État aux travaux publics dans les cabinets Waddington du 4 février 1879 et de de Freycinet du 28 décembre 1879 puis ministre des travaux publics dans le cabinet Ferry du 23 septembre 1880, des finances à partir du 16 avril 1885 dans le cabinet Brisson, Président de la République le 3 décembre 1887

Jean-Casimir-Perier (1847) conseiller général en 1874 à 27 ans, député en 1876 à 29 ans président de la Chambre des députés du 10 janvier 1893 au 3 décembre 1893 et du 2 juin au 27 juin 1894 ; sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique Cultes et Beaux Arts dans le cabinet Dufaure du 13 décembre 1877, à la guerre dans le cabinet Ferry le 17 octobre 1883 ; président du conseil du 3 décembre 1893 au 23 mai 1894 ; Président de la République du 25 juin 1894 au 15 janvier 1895.

Armand Fallières (1841) sous-secrétaire d’État à l’Intérieur et Cultes dans les cabinets de Freycinet et Ferry du 17 mai 1880 au 14 novembre 1881, ministre de l’Intérieur et Cultes dans le cabinet Duclerc du 7 août 1882, président du conseil et ministre de l’Intérieur et Cultes du 29 janvier au 21 février 1883, ministre de l’Instruction publique et Beaux-Arts dans le cabinet Ferry du 21 février 1883, ministre de l’Intérieur dans le cabinet Rouvier du 30 mai 1887 puis ministre de la Justice dans le cabinet Tirard du 12 décembre 1887, ministre de l’Instruction publique et Beaux-Arts dans le cabinet Tirard du 22 février 1889, ministre de la Justice et Cultes dans le cabinet de Freycinet du 17 mars 1890 ; président du Sénat du 3 mars 1899 au 13 février 1906 puis Président de la République du 18 février 1906 au 18 février 1913

Gaston Doumergue (1863), député en 1893 à 30 ans, ministre des Colonies dans le cabinet Combes du 7 juin 1902, du Commerce de l’Industrie et du Travail dans le cabinets Sarrien du 14 mars 1906,du Commerce et de l’Industrie puis de l’Instruction publique Beaux-Arts et Cultes dans le cabinet Clemenceau du 25 octobre 1906, de l’instruction publique et Beaux-Arts dans le cabinet Briand du 24 juillet 1909 ; président du conseil du 9 juin 1913 au 3 juin 1914, ministre des Affaires étrangères du 3 août au 26 août 1914 dans le premier cabinet Viviani, des Colonies du 26 août 1914 au 18 mars 1917 dans les cabinets Viviani et Briand ; président du Sénat du 22 février 1923 au 17 juin 1924 puis Président de la République du 13 juin 1924 au 13 juin 1931 et de nouveau président du conseil le 9 février 1934

Paul Doumer (1857) député en 1888 à 31 ans ; président de la Chambre des députés du 10 janvier 1905 au 31 mai 1906 ; ministre des finances en 1893 dans le cabinet Léon Bourgeois du 1er novembre 1895, ministre d’État dans le cabinet Painlevé du 12 septembre 1917, de nouveau ministre des finances dans le cabinet Briand du 16 janvier 1921 puis le 16 décembre 1925 dans un cabinet Briand ; président du Sénat du 14 janvier 1927 au 9 juin 1931 puis Président de la République du 13 juin 1931 au 7 mai 1932.

Felix Faure (1841) adjoint au maire du Havre le 5 septembre 1870 à 29 ans, député en 1881 à 40 ans, sous-secrétaire d’État au Commerce et Colonies dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881, de la Marine et Colonies dans le cabinet Ferry du 21 février 1883 puis du cabinet Tirard du 12 décembre 1887, ministre de la Marine dans les cabinets Dupuy du 30 mai 1894 au 14 janvier 1895 ; Président de la République du 17 janvier 1895 au 16 février 1899.

Emile Loubet (1838) maire de Montélimar en septembre 1870 à 32 ans, député en 1876 à 38 ans, ministre des Travaux publics dans le cabinet Tirard du 12 décembre 1887 ; président du conseil et ministre de l’Intérieur le 27 février au 28 novembre 1892 puis ministre de l’Intérieur dans le cabinet Ribot du 6 décembre 1892 au 11 janvier 1893 ; président du Sénat du 16 janvier 1896 au 21 février 1899 ; Président de la République du 18 février 1899 au 18 février 1906

Alexandre Millerand (1859) conseiller municipal de Paris en 1884 à 25 ans, député radical en 1885 à 26 ans ; socialiste indépendant il devient ministre du Commerce, Industrie, des Postes et Télégraphes dans le cabinet Waldeck-Rousseau du 22 juin 1899, ministre des Travaux publics, Postes et Télégraphes dans le cabinet Briand du 24 juillet 1909, ministre de la guerre dans les cabinets Poincaré du 14 janvier 1912 et Viviani du 26 août 1914 ; commissaire général à Strasbourg du 21 mars au 17 septembre 1919 dans le cabinet Clemenceau ; président du conseil du 18 février au 23 septembre 1920 puis Président de la République du 24 septembre 1920 au 11 juin 1924

Raymond Poincaré (1860) député républicain en 1887 à 27 ans ; républicain modéré il devient ministre de l’Instruction publique dans le cabinet Dupuy du 4 avril 1893 puis de mai 1894 à octobre 1895 dans les cabinets Dupuy et Ribot, ministre des finances dans le cabinet Sarrien du 14 mars 1906 ; président du conseil le 14 janvier 1912 ; Président de la République du 18 février 1913 au 18 février 1920 ; de nouveau président du conseil et ministre des Affaires étrangères du 15 janvier 1922 au 1er juin 1924 ; et encore du 23 juillet 1926 au 27 juillet 1929

Jules Méline (1838) à 38 ans, président de la Chambre des députés du 4 avril 1888 au 11 novembre 1889 ; sous-secrétaire d’État à la justice dans le cabinet de Jules Simon du 12 décembre 1876 au 17 mai 1877, ministre de l‘Agriculture dans le cabinet Ferry du 21 février 1883, président du conseil et ministre de l’Agriculture du 29 avril 1896 au 28 juin 1898, ministre de l‘Agriculture dans le cabinet Briand du 29 octobre 1915 au 12 décembre 1916 Jean-Ferdinand Sarrien (1840) député en 1876 à 36 ans, ministre des Postes et Télégraphes dans le cabinet Brisson du 6 avril 1885, de l’Intérieur dans le cabinet de Freycinet du 7 janvier 1886, de la Justice dans le cabinet Goblet du 11 décembre 1886, de l‘Intérieur dans le cabinet Tirard du 12 décembre 1887 et de Léon Bourgeois le 1er novembre 1895, de la Justice et Cultes dans le cabinet Brisson du 28 juin 1898 ; président du conseil du 14 mars au 19 octobre 1906.

Louis Charles de Freycinet (1828) sénateur en 1876 (jusqu’en 1920) à 48 ans, ministre des Travaux publics dans les cabinets Dufaure, Waddington du 13 décembre 1877 au 26 décembre 1879 ; président du conseil les 28 décembre 1879, 30 janvier 1882 ; ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Brisson du 6 avril 1885 ; de nouveau président du conseil le 7 janvier 1886 ; ministre de la Guerre dans les cabinets Floquet et Tirard du 3 avril 1888 au 14 mars 1889 ; de nouveau président du conseil le 17 mars 1890 ; ministre de la Guerre dans les cabinets Loubet et Ribot de février 1892 à janvier 1893 et dans les cabinets Dupuy du 1er novembre 1898 au 12 juin 1899 ; ministre d’État dans le cabinet Briand du 29 octobre 1915 au 12 décembre 1916 David Raynal (1840) député en 1879 à 39 ans, sous-secrétaire d’État aux Travaux publics dans le cabinet Ferry du 23 septembre 1880 puis ministre des Travaux publics dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881 et du cabinet Ferry le 21 février 1883, ministre de l’Intérieur dans le cabinet Jean Casimir-Perier du 3 décembre 1893. Alexandre Ribot (1842) député en 1878 à 36 ans, ministre des Affaires étrangères dans les cabinet de Freycinet et Loubert du 17 mars 1890 au 28 novembre 1892 ; président du conseil (et Affaires étrangères) le 6 décembre 1892, ( l’Intérieur) le 11 janvier 1893, (les finances) le 26 janvier 1895, (la Justice) le 9 juin 1914 ; ministre des finances dans les cabinets Viviani, Briand du 26 août 1914 au 18 mars 1917 ; de nouveau président du conseil le 20 mars 1917 ; ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Painlevé du 12 septembre 1917

Pierre Waldeck-Rousseau (1846) député en 1879 à 33 ans, ministre de l’Intérieur dans le cabinet Gambetta du 14 novembre 1881, et de l’Intérieur et Cultes dans le cabinet Ferry du 21 février 1883 ; président du conseil du 22 juin 1899 au 4 juin 1902

Louis Barthou (1862) député en 1889 à 27 ans, ministre dès 1895 dans les cabinets Dupuy, Méline, Sarrien, Clemenceau, Briand ; président du conseil en 1913, de nouveau ministre d’État puis des Affaires étrangères en 1917 dans le cabinet Painlevé, participant aux cabinets Briand, Poincaré, Steeg et Doumergue de 1921 à 1934. Louis Barthou a vécu toutes les crises politiques de la IIIème République du « boulangisme » au 6 février 1934 !

Léon Bourgeois (1851) député radical en 1888 à 37 ans ; président de la Chambre des députés du 10 juin 1902 au 12 janvier 1904 ; secrétaire d’État à l’Intérieur dans les cabinets Floquet et Tirard du 3 avril 1888 au 14 mars 1890 puis ministre de mars 1890 à avril 1893 (Instruction publique, Justice) dans les cabinets de Freycinet, Loubet et Ribot ; président du conseil et ministre de l’Intérieur puis des Affaires étrangères de novembre 1895 à avril 1896 ; de nouveau à l’Instruction publique et Beaux-Arts dans le cabinet Brisson du 28 juin au 1er novembre 1898, aux Affaires étrangères dans le cabinet Sarrien de mars à octobre 1906, au Travail et Prévoyance sociale dans le cabinet Poincaré du 14 janvier 1912 au 21 janvier 1913, aux Affaires étrangères du 9 au 13 juin 1914 dans le cabinet Ribot ; ministre d’État dans le cabinet Briand du 29 octobre 1915, puis de mars 1917 au 16 novembre 2017, (Travail et Prévoyance sociale puis ministre d’État) dans les cabinets Ribot puis Painlevé ; président du Sénat du 14 janvier 1920 au 16 février 1923.

Georges Leygues (1856) député en 1885 à 29 ans, ministre de l’Instruction publique et Beaux-Arts dans les cabinets Dupuy du 30 mai 1894 au 14 janvier 1895, de l’Intérieur dans le cabinet Ribot du 26 janvier 1895, de nouveau de l’Instruction publique dans les cabinets Dupuy et Waldeck-Rousseau de novembre 1898 au 4 juin 1902, ministre de la marine dans le cabinet Clemenceau du 16 novembre 1917 ; président du conseil le 24 septembre 1920…ministre de la Marine dans les cabinets Briand de novembre 1925 à juillet 1926, puis dans les cabinets Poincaré du 23 juin et du 23 juillet 1926 au 27 juillet 1929, dans les cabinets Briand et Tardieu de juillet 1929 à février 1930 ; ministre de l’Intérieur dans le cabinet Steeg du 13 décembre 1930 puis de nouveau ministre de la Marine dans les cabinets Herriot, Paul Boncour et Daladier de juin 1932 au 2 septembre 1933.

Emile Combes (1835) maire de Pons en 1876 à 41 ans, sénateur radical socialiste en 1885 à 50 ans, président du groupe de la gauche démocratique, ministre de l’Instruction publique dans le cabinet Léon Bourgeois du 1er novembre 1895, président du conseil du 7 juin 1902 au 4 janvier 1905, ministre d’État dans le cabinet Briand du 29 octobre 1915

Charles Dupuy (1851) député en 1885 à 34 ans ; président de la Chambre des députés du 5 décembre 1893 au 30mai 1894 ; ministre de l’Instruction publique et Beaux Arts et Cultes dans les cabinets Ribot de décembre 1892 à avril 1893 ; président du conseil (sous trois présidences de la République – Sadi Carnot, Jean Casimir-Perier, Félix Faure et Emile Loubet) du 4 avril au 3 décembre 1893 puis du 30 mai 1894 au 15 janvier 1895 et encore du 1er novembre 1898 au 12 juin 1899

Ernest Monis (1846) conseiller municipal de Cognac, député en 1885 à 39 ans, ministre de la Justice dans le cabinet Waldeck Rousseau du 22 juin 1899 ; président du conseil le 2 mars 1911 (Joseph Caillaux est ministre des finances dans son cabinet) ; ministre de la Marine dans le cabinet Doumergue du 9 décembre 1913.