L’édito d’Arnaud Benedetti avec notre partenaire Radio Orient

Radicalisation du mouvement social ? La question est posée après que le Président Macron ait été pris à parti lors d’une représentation théâtrale, que la brasserie La Rotonde ait été partiellement incendiée, que la CFDT ait été la cible à plusieurs reprises de militants hostiles à la réforme des retraites, que des coupures d’électricité aient été perpétrées de manière sauvage… Un climat délétère s’est installé, duplication d’une guérilla sociale que la crise des « gilets jaunes » avait elle-même initiée dans un brouhaha éruptif.

L’édito d’Arnaud Benedetti avec notre partenaire Radio Orient

Alors que le conflit concernant le projet de réforme des retraites se poursuit, alors que la crise du système hospitalier ne cesse de s’étendre, alors que la trajectoire budgétaire continue de s’éloigner des promesses initiales de maîtrise de la dépense publique, une question se pose – et ce à quelques encablures des prochaines municipales : où en sont Emmanuel Macron et sa majorité ?

Edito d’Arnaud Benedetti – Le storytelling d’Emmanuel Macron peut continuer

Ouf ! Le storytelling d’Emmanuel Macron peut continuer. Certes, le Président n’a pas gagné, mais il n’a pas perdu. Il a sauvé l’essentiel, c’est-à-dire la face. Pour un pouvoir aussi attaché au règne de l’image, le contrat initial d’une certaine façon a été rempli. La com’ peut ainsi se substituer à la réalité.

Edito

C’est parce que nous les aimons dans leur diversité et leur contradictions que nous les avons interviewé. Qui ? Tous ces politiques qui ont décidé de conduire une liste aux européennes. Parce qu’elle est d’abord parlementaire, notre revue défend l’arc du débat. Tant qu’il y a du débat, tout est permis . À commencer par l’espoir…

L’édito d’Arnaud Benedetti : Macron, ou l’Europe et la France à pile ou face

Les élections européennes arrivent à bas bruit. Brouillées par la crise des gilets jaunes et le grand débat, elles se cherchent une visibilité et un sens. Majoritairement, l’opinion a pour cette consultation à venir les yeux d’une vache assoupie dans son enclos pour un train qui passe au loin. Pour autant, après juste deux ans de macronisme, le scrutin constitue un premier crash-test grandeur nature des forces en présence et de leur évolution.

Philippe de Veulle : « Cette posture répressive politique du régime risque de faire s’effondrer le système constitutionnel de la Ve République ».

Cofondateur du mouvement « Robes noires et gilets jaunes » comptant 26 000 membres, avocat par ailleurs de nombreux « gilets jaunes », Philippe de Veulle a été de tous les actes de mobilisation depuis le 17 novembre. Il revient pour la RPP sur l’acte 19 de ce samedi 23 mars tout en dénonçant « la posture répressive […]