L’édito d’Arnaud Benedetti avec notre partenaire Radio Orient

L’ENA sera donc supprimée. Eric Anceau, auteur d’un remarquable ouvrage Les élites françaises : des Lumières au grand confinement, explique combien la création de cette école, après le second conflit mondial, répondait à la nécessité de régénérer par des pratiques tout à la fois plus méritocratiques d’une part et plus conformes à l’intérêt général, d’autre part, le recrutement des grands serviteurs de l’Etat.

L’édito d’Arnaud Benedetti avec notre partenaire Radio Orient

Un an, voici presque un an que le pays est confronté à une pandémie dont il ne parvient pas à sortir. Non que la France soit la seule à se débattre dans cet entrelacs d’incertitudes, mais force est de constater qu’à ce stade, plus qu’ailleurs, les pouvoirs publics n’offrent aucune autre perspective de visibilité que celle de leurs atermoiements, tâtonnements, et aussi dénégations.

L’édito d’Arnaud Benedetti avec notre partenaire Radio Orient

C’est un amendement introduit en catimini par le gouvernement dans le cadre de l’examen du projet de loi organique relatif à l’élection du Président de la République qui a suscité l’ire des sénateurs. Le texte prévoyait en substance la possibilité pour les électrices et les électeurs qui en feraient la demande de pouvoir voter par anticipation via un dispositif électronique dans des bureaux de vote et à une date à déterminer par décret. L’objet affiché de l’initiative de l’exécutif était de moderniser les opérations de vote afin de faciliter la participation citoyenne.

L’édito d’Arnaud Benedetti avec notre partenaire Radio Orient

La crise totale que nous traversons a occulté un évènement dont notre régime de libertés publiques, déjà fortement bousculé, se serait sans doute bien passé. À force de s’accommoder à l’exception, on finit par l’ériger en règle commune . Pourtant trois décrets en date du 2 décembre 2020 refondant des fichiers existants, ceux de la prévention des atteintes à la sécurité publique, ceux de la gestion de l’information et prévention des atteintes à la sécurité publique et ceux des enquêtes administratives liées à la sécurité publique, ouvrent largement et au-delà de l’acceptable le champ du fichage aux convictions politiques, syndicales, religieuses…