En toute chose il faut considérer la fin, ou la décentralisation pour quoi faire ?…

Le poids du « mille-feuille » territorial, l’évolution des demandes, ou des exigences, des Français envers les pouvoirs publics, le rôle croissant de l’Union européenne rendent indispensable une refonte de notre appareil politico-administratif et de la répartition des compétences. L’insuffisance de la réflexion préalable, comme la situation politique, ne le permettent pas aujourd’hui. Il conviendrait que la réforme annoncée y prépare ou, à tout le moins, n’ajoute pas de nouveaux obstacles.