Un élan démocratique pour la panthéonisation de Simone Veil

27 mai 2015, Germaine Tillion et Geneviève De Gaulle-Anthonioz sont panthéonisées aux côtés de Jean Zay et Pierre Brossolette pour leur rôle dans la Résistance et leur lutte contre le nazisme. Depuis cette date, quatre femmes reposent au Panthéon et aujourd’hui se pose la question de l’entrée d’une cinquième : Simone Veil.

Dès l’annonce de son décès, le 30 juin dernier, des dizaines de milliers de voix se sont exprimées en faveur d’une panthéonisation de la grande figure politique. Ainsi, pour l’ancien ministre Roger-Gérard Schwartzenberg Simone Veil «  entre aujourd’hui dans « le Panthéon moral de la République ».

S’est donc ajoutée à la multiplication des hommages, une intensification de la mobilisation. Cet élan démocratique doit notamment son impulsion à deux pétitions en ligne. La première a été lancée sur le site change.org par Alexandre Grassaud, un particulier originaire de Meaux. Elle compte aujourd’hui le plus grand nombre de signatures, soit 161 980. La seconde pétition a été initiée via le même site par l’association féministe Politiqu’elles, qui œuvre à la promotion des femmes et de la parité dans les sphères publique et privée. La pétition, qui comptabilise à ce jour 139 756 soutiens, réclame une reconnaissance de la patrie pour les « grandes femmes de son histoire ». Car le Panthéon est loin d’être un exemple en matière de parité puisqu’à ce jour seules quatre femmes reposent aux côtés de 72 hommes.

Outre ces pétitions citoyennes adressées au président Macron, de nombreuses voix d’intellectuels, de personnalités du monde des arts et de la culture, d’hommes et de femmes politiques de tout bord s’élèvent également pour réclamer l’entrée de Simone Veil au Panthéon.

Mais la décision de la panthéonisation de l’ancienne ministre dépend de sa famille et du président de la République.

Du côté des proches de Simone Veil, l’idée n’a pas encore fait son chemin. Interrogée sur Europe 1, Deborah Veil, l’une de ses petites filles, a expliqué « je trouve cela extrêmement touchant, mais cette question n’est pas à l’ordre du jour. Je trouve simplement à titre personnel que mes grands-parents n’auraient pas été très heureux d’être séparés après 65 ans de vie commune ».

Quant à Emmanuel Macron, qui présidera la cérémonie d’hommage national à Simone Veil, le mercredi 5 juillet aux Invalides, il ne s’est pour l’heure pas encore prononcé sur le sujet.

Simone Veil, instigatrice de la loi sur l’interruption volontaire de grossesse, et première présidente du Conseil européen a profondément marqué la vie politique française et jouit d’une indéniable popularité qui légitimerait qu’elle soit transférée dans le célèbre mausolée. Si elle y entrait, elle rejoindrait 76 autres personnalités françaises dont Marie Curie, Sophie Berthelot, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz.

Romane Guéchot

Photo : Camille Gévaudan/Wikimedia Commons