Napoléon à Sainte-Hélène

Napoléon l’insaisissable

En 1993, Jean-Paul Kauffmann se rend sur l’île de Sainte-Hélène. Quelques années plus tard, en 1997, il publie La Chambre noire de Longwood, un récit sur la captivité, l’enfermement et la fin de vie de Napoléon. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il revient, notamment, sur les raisons de son intérêt pour l’Empereur.

Le festin de Balthazar, Rembrandt

Le festin de Balthazar

« C’était au cours d’un grand festin. Un festin qui durait depuis des années, des décennies, et même quatre ou cinq siècles plus probablement sans qu’on en pût dater avec certitude le commencement. Les plus grands étaient présents. Ceux des origines qu’on appelait banquiers dont les lointains ancêtres, lombards ou toscans, courtisés ou parfois dépouillés par les princes qu’ils servaient autant qu’ils se servaient eux-mêmes, furent de redoutés et prospères notables dans leurs cités d’origine. Mais étaient aussi présents leurs commensaux, marchands, armateurs au long cours, industriels, coloniaux et impériaux de tous poils, esclavagistes ou non, explorateurs de l’inutile ou conquérants cruels et plus bêtement cupides. »