Coronavirus : quand la « science » inspire les politiques

La crise sanitaire mondiale de la covid-19 est pour Aurélien Leynet, ingénieur et ancien Attaché scientifique de France en Russie, l’occasion de revisiter les relations entre recherche scientifique et pouvoir politique.

À l’échelle internationale, la diplomatie scientifique a tâché d’accompagner les coopérations scientifiques, notamment au travers de lignes de financement dédiées. Ainsi, la Commission européenne a soutenu la recherche et l’innovation sur la covid à hauteur de 1 milliard d’euros (mai 20201), et levé plus de 7 milliards d’euros de promesses de dons pour des recherches devant conduire à la découverte d’un vaccin2.

Cependant, sur le terrain, les États, notamment européens, ont peiné à construire un espace de recherche commun.

Le Conseil européen de la recherche, l’un des organes chargés de coordonner les efforts entre États membres, s’est trouvé décapité après la démission de son président Mauro Ferrari le 8 avril 2020. L’échec du déploiement de l’essai clinique Discovery fut vécu comme celui de l’Europe de la recherche3 : annoncé en mars 2020 par l’Inserm, il ne parviendra à recruter (au 7 mai) qu’un patient hors de France, un Luxembourgeois, contre les 2 400 attendus. La comparaison avec les 10 000 patients inclus dans l’essai Recovery britannique est cruelle. Ce manque de concertation européenne se traduit par le choix d’autres États membres (Allemagne, Espagne, Irlande, Italie4) de privilégier l’essai Solidarity proposé par l’OMS.

Mais la crise de la covid-19 a surtout révélé une modalité originale de relations entre les sphères politiques et scientifiques.

Il est courant que certaines idées scientifiques, y compris peu fondées, soient reprises et défendues par un pouvoir politique en place voulant renforcer l’idée d’un génie scientifique national. Toutefois, dans le cas de la chloroquine, la situation fut inverse, et c’est hors des frontières françaises que la « découverte » a reçu ses soutiens les plus élevés.

Dès le 24 février 2020, le Professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille (IHU Méditerranée Infection), sur la base de résultats qu’il dit tenir des « Chinois » – il ne précise ni quelle équipe ni quel essai – présente le traitement par chloroquine comme indiqué « pour tous les cas cliniquement positifs d’infection à coronavirus chinois », qui serait « probablement l’infection respiratoire la plus facile à traiter de toutes ! ». Cette intervention au ton définitif, dans des vidéos pleines d’assurance, soulève en quelques jours une « folie planétaire »5.

La recherche scientifique internationale va être littéralement embolisée par la molécule du Pr Raoult.

Ainsi, entre février et fin juin 2020, ce sont plus de 50 000 patients qui auront été recrutés et traités dans le cadre de vingt études différentes sur l’ (hydroxy)chloroquine, soit le double des patients de l’ensemble des études conduites sur d’autres options thérapeutiques6. L’espoir suscité dans la population conduit, selon les promoteurs de l’étude Discovery, à ce que les patients exigent leur chloroquine, et compromet le recrutement dans d’autres essais. Il semble cependant envisageable que les retards de Discovery hors de France soient aussi à rechercher dans les immixtions de la politique française dans la recherche : l’ajout in extremis du bras « hydroxychloroquine » dans l’étude, ou encore l’annonce toute médiatique du Président français, le 4 mai 20207, anticipant les premiers résultats de Discovery.

Les débats s’enflamment de plus belle après que le ministre de la Santé Olivier Véran a encadré l’usage de l’hydroxychloroquine – la seule action véritable du gouvernement face à l’emballement médiatique – par un décret du 25 mars. Pour sa part, l’ancien ministre Philippe Douste-Blazy – membre du Conseil d’administration de l’IHU MI – lance le 3 avril 2020 une pétition en faveur de la généralisation de l’hydroxychloroquine. Au moment le plus chaud de la controverse, le Président Emmanuel Macron fait le voyage à Marseille pour une visite surprise, le 9 avril 2020, au Professeur Raoult.

En quelques jours, plusieurs personnalités politiques8, ou médiatiques, jugent criminel tout retard de décision en faveur du traitement miracle. Dans le même temps, les experts se taisent « avec élégance »9 et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) se borne à exiger une demande d’éclaircissement au Pr Raoult10.

Face à ces soutiens sonores, voire bruyants, les sceptiques peu audibles choisissent de discuter le fond et non la personne. Le CNRS appelle à l’éthique et à l’intégrité scientifiques11 et plusieurs vulgarisateurs exposent, souvent sans le nommer, les failles scientifiques et les enjeux éthiques des annonces de l’IHU MI ; nombreux feront état d’intimidations12 et de menaces13.

À l’échelle internationale, une diplomatie de la chloroquine apparaît chez les pays producteurs, comme l’Inde14. Plus important, les Présidents américain et brésiliens s’emparent de la question. Ainsi, le « protocole Raoult » basé sur l’hydroxychloroquine15, à laquelle est associée ultérieurement l’azithromycine16, transite par Elon Musk pour arriver au Président Donald Trump17, qui appelle sur twitter18 à prescrire les deux molécules. Allant plus loin, il annonce le 19 mai prendre personnellement de la chloroquine à titre préventif. Dans son sillage, le 26 mars, le Président brésilien Jair Bolsonaro promeut la même bithérapie19.

Dans ces deux cas, les administrations nationales de santé tentent de freiner les ardeurs de leurs dirigeants. Le 20 avril, le licenciement du directeur de la BARDA (autorité de recherche et développement avancée pour le biomédical) Rick Bright met au jour les pressions de la Maison blanche en faveur de la chloroquine contre l’avis des autorités de santé20. Concurremment, le 16 avril, le ministre de la Santé du Brésil, Luiz Henrique Mandetta, opposé à l’usage massif de chloroquine, est limogé par son président.

Mais alors que les preuves d’efficacité tardent, des soupçons d’inconduite scientifique21 se font rapidement entendre.

Ainsi, l’étude Gautret et coll. est désavouée par la société savante qui édite la revue22. L’étude Million et coll. conduite sur 1 061 patients, présentée en avant-première à Emmanuel Macron lors de sa visite, est finalement publiée le 5 mai 2020, après une réécriture visant à gommer des questionnements éthiques, dans une revue23 dont un co-auteur, le Dr Gautret, est rédacteur en chef adjoint.

Les études d’autres équipes en faveur du traitement seront fortement critiquées ; le sommet étant atteint avec le papier du Dr Perronne qui, bien que jugé « très bon » par le Pr Raoult24, sera désavoué par ses auteurs, dont certains ont même exigé le retrait de leurs noms25. Plusieurs autres études, dont on ne peut affirmer qu’elles soient de moins bonne qualité, montreront l’absence d’effet ou, pire, un risque cardiaque accru chez les personnes soignées à l’hydroxychloroquine, avec ou sans azithromycine. En tout état de cause, la « fin de partie » clamée le 24 février26 par le Pr Raoult s’avère très prématurée.

En définitive, il aura suffi d’une annonce prématurée par un chercheur connu mondialement27 pour orienter une partie significative de l’effort de recherche, et les dirigeants de deux des plus grands pays du monde, vers une piste qui s’avérera non seulement insuffisamment scientifiquement fondée, mais potentiellement dangereuse pour les patients. Le faux espoir créé, le retard subi sur d’autres recherches, le bruit médiatique et les pressions sur les soignants28 auront mis en danger des vies et retardé la découverte de traitements réellement efficaces.

Quid des effets sur l’influence française face à cette épreuve ? Les Présidents Trump et Bolsonaro n’ont jamais cité le Pr Raoult dans leurs tweets29 ; son nom apparaît très peu dans la presse étrangère, même si les journaux anglophones mentionnent à l’occasion, en bas d’article, « un médecin français controversé »30, que la presse lusophone semble pour sa part ignorer largement. Heureusement pour la réputation de nos chercheurs, le sobriquet de « French protocol »31, comme synonyme d’étude approximative, ne paraît pas devoir s’enraciner. Il reste toutefois que l’image française ressortira écornée de cette malheureuse affaire. Ceci en particulier au sein de la communauté scientifique internationale, peu encline à voir les critiques comparés à des chasseurs de sorcières32. Sans pouvoir annoncer comment s’éteindra la controverse, elle aura montré jusqu’où peut mener en temps de crise la volonté d’un homme fort proposant des solutions providentielles. Cette crise sanitaire aura aussi révélé une société, et une élite, peu au fait de la rigueur scientifique, mais toujours à la recherche d’une solution évidente, rapide et soi-disant  « de bon sens » .

Aurélien Leynet
I
ngénieur
A
ncien Attaché scientifique de France en Russie

  1. https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/research_and_innovation/research_by_area/documents/ec_rtd_cv-pledging-event_factsheet.pdf
  2. https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/coronavirus-74-milliards-deuros-leves-par-la-commission-pour-financer-un-vaccin-1200482
  3. https://www.france24.com/fr/20200507-essai-discovery-des-r%C3%A9sultats-incertains-une-coop%C3%A9ration-qui-patine
  4. http://www.isrctn.com/ISRCTN83971151
  5. https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/25/didier-raoult-le-trublion-du-covid-19_6034364_3244.html
  6. https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.05.20091785v2
  7. https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/05/07/coronavirus-l-essai-clinique-discovery-englue-faute-de-cooperation-europeenne_6038909_3244.html
  8. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/en-images-un-crime-c-est-urgent-les-gens-meurent-quand-les-politiques-defendaient-l-usage-de-la-chloroquine-pour-lutter-contre-le-covid-19_3978661.html
  9. http://www.leparisien.fr/societe/sante/hydroxychloroquine-on-peut-le-dire-haut-et-fort-le-pr-raoult-se-trompe-23-05-2020-8322216.php
  10. https://www.apmnews.com/depeche/1/350177/l-ansm-attend-de-didier-raoult-qu-il-demontre-le-caractere-observationnel-de-sa-derniere-etude
  11. https://www.liberation.fr/direct/element/le-comite-dethique-du-cnrs-charge-raoult-sans-le-citer_111969/ (rappelons que le CNRS et l’Inserm s’étaient retirés de l’IHU MI en janvier 2018)
  12. https://twitter.com/IHU_Marseille/status/1250019690535141378
  13. https://twitter.com/MedicusFR/status/1265504939855482883
  14. https://economictimes.indiatimes.com/news/politics-and-nation/covid-diplomacy-establishes-india-as-a-reliable-and-responsible-global-power/articleshow/75080356.cms
  15. https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-02504553 (Colson et coll., 4 mars 2020)
  16. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920300996 (Gautret et coll., 20 mars 2020)
  17. https://forbetterscience.com/2020/03/26/chloroquine-genius-didier-raoult-to-save-the-world-from-covid-19/
  18. https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1241367239900778501
  19. https://twitter.com/jairbolsonaro/status/1243169243589476353
  20. https://www.les-crises.fr/des-documents-internes-revelent-le-plan-de-l-equipe-trump-sur-la-chloroquine/
  21. http://curiologie.fr/2020/03/chloroquine/
  22. https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/14/dans-quelles-revues-ont-ete-publiees-les-etudes-de-didier-raoult_1784850
  23. https://www.mediterranee-infection.com/early-treatment-of-1061-covid-19-patients-with-hydroxychloroquine-and-azithromycin-marseille-france/
  24. https://twitter.com/raoult_didier/status/1260138350901702656
  25. https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-nouvelle-etude-methodologie-douteuse-chloroquine-80987/
  26. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/24/huit-questions-sur-l-hydroxychloroquine-possible-traitement-du-covid-19_6034290_4355770.html
  27. Sa production scientifique «pour le moins controversée» est citée dans Malscience, de la fraude dans les labos, Chevassus-au-Louis, Nicolas, 2016
  28. Rapportons, tout en espérant qu’ils soient anecdotiques, des pressions d’avocats envers des médecins pour la prescription de chloroquine à leurs clients https://www.laprovence.com/article/edition-marseille/5956477/raoult-tonton-flingueur-de-lopinion.html
  29. Cependant Eduardo Bolsonaro, fils de Jair, l’a fait : https://twitter.com/bolsonarosp/status/1244051613754556417
  30. https://www.theguardian.com/world/2020/may/25/who-world-health-organization-hydroxychloroquine-trial-trump-coronavirus-safety-fears
  31. https://twitter.com/search?q=%22french%20protocol%22
  32. https://twitter.com/raoult_didier/status/1252888769054814214