Arc de Triomphe

Confusion dans les plis du drapeau…

L’année 2022, à quelques mois de la fin d’un quinquennat qui restera avant tout celui des années Covid et des clivages grandissants liés à la crise des Gilets jaunes dans l’esprit d’un grand nombre de Français, mais qui s’inscrit aussi dans la continuité de la mandature précédente endeuillée par les attaques de l’hydre terroriste et la montée de l’insécurité sous toutes ses formes (tristement illustrée aujourd’hui par les menaces de mort proférées à l’encontre d’élus de la représentation nationale…), a hélas démarré par une polémique…

Un instant avant la fin ?

Lyon, Alençon le lendemain, on ne peut que ressentir de l’effarement devant l’accélération d’évènements aussi préoccupants et révélateurs de l’ampleur du délitement en matière de sécurité dans l’hexagone… En parallèle, « Parlons justice »,  ne devrions-nous tous pas entonner l’air de « Tout va très bien Madame la Marquise » ?

Communication politique

La descente

Quand on veut bien prendre un peu de recul sur une actualité où l’accumulation de faits divers est tellement lourde en signaux inquiétants et en images perturbantes que ceux-ci finissent par devenir des faits de société relayés ad nauseam par des médias complaisants et en ébullition permanente, il est frappant de constater combien il est de plus en plus difficile de souscrire à la vision optimiste d’un monde en rebond au sortir d’une crise sanitaire sur le point d’être contenue…

Angela Merkel

La fin d’une époque

Dimanche 26 septembre 2021 marquera la fin d’une époque dans une Europe singulièrement bouleversée par la pandémie et en quête de repères.

Une de ses dirigeantes emblématiques, la Chancelière Angela Merkel, qui aura incarné depuis 2005 à la tête de l’Allemagne une forme indéniable de stabilité et de solidité, va s’effacer de la scène politique mondiale au moment où tous les Européens ont sans doute plus que jamais  besoin d’un point d’ancrage et d’un cap à tenir dans les eaux tumultueuses de l’heure.

Sous-marin nucléaire

La dureté de la réalité ou la juste place ?

En cette fin d’été 2021, la naissance du pacte de sécurité AUKUS conclu entre Washington, Canberra et Londres, au détriment du contrat d’achat de  sous-marins à propulsion conventionnelle par l’Australie à la France, négocié de longue date et rompu en apparence de manière soudaine  et brutale, a déclenché une crise entre pays alliés d’une amplitude digne des soubresauts observés en termes de relations internationales pendant la période où la Société des Nations a vainement camouflé les vicissitudes et atermoiements de la diplomatie occidentale face à la montée des périls…