La communication de l’exécutif face à la crise du coronavirus : du déni au « laisser vivre, laisser mourir »

D’une façon surprenante, le premier défi du gouvernement français face à la crise de la Covid-19 a été de reconnaître la réalité de la pandémie. Dès les premières annonces de contamination, l’exécutif est entré dans un cycle de communication dominé par une figure centrale, incontournable et périlleuse en matière sanitaire, celle du déni.

Featured Video Play Icon

Point Com’

Avec « Point Com’ », la journaliste Laetitia Krupa vous donne rendez-vous pour décrypter la communication politique avec un expert.
Aujourd’hui la communication du gouvernement sur le Covid-19, avec Arnaud Benedetti, rédacteur en chef de la Revue Politique et Parlementaire.

La communication chinoise à l’aune de sa superpuissance

Alors que l’Occident est traversé par des mouvements politiques susceptibles de profondément le déstabiliser et qu’il doit affronter une crise économique qui s’annonce tenace, la Chine semble, à la sortie de la crise mondiale engendrée par le coronavirus, encore plus puissante. Si l’économie de l’empire du Milieu étaye cette hypothèse, un autre marqueur permet de la confirmer : sa nouvelle communication affirmée et décomplexée.

Coronavirus et communication politique dans le monde : entre propagande et décalage

Alors que le président de la République s’exprime ce soir, le constat est celui d’une communication politique en crise depuis le début de la crise sanitaire. Elle est d’autant plus en crise qu’elle apparaît en complet décalage avec la réalité de la situation concrète sur le terrain et la conception qu’ont les « gouvernés » de l’action des pouvoirs publics au sens large. Pour Patrick Martin-Genier, essayiste spécialiste des questions européennes et internationales, il est temps que les communicants revoient leur stratégie.