Union européenne : l’état de droit dans les limbes ?

Tout semblait plier d’avance, avant même le Conseil européen. Les ministres en charge des affaires européennes s’étaient accordés sur un projet de conclusions lors du Conseil des affaires générales en début de semaine, notamment sur la question de la condionnalité du versement des fonds du plan de relance au respect des règles de l’état de droit. Ils s’étaient en outre, selon les diplomates en poste à Bruxelles, assuré de l’accord préalable du Parlement européen sur la procédure envisagée.