Guerre et médias

La désinformation et la guerre dans les démocraties : ou l’opinion publique contre le débat public

La très répandue thèse kantienne de la « paix démocratique » s’appuie sur le présupposé calcul rationnel du citoyen réticent à un engagement dans les conflits armés. C’est oublier que la donne a changé depuis la mise en œuvre de la « révolution dans les affaires militaires ». C’est ce qui nous amène à rechercher la causalité de la désinformation dans un contexte d’engagements militaires à coût humain allié négligeable, et lorsque le pouvoir politique engage une idéologie contre un ennemi planétaire. Reste que la démocratisation et la saturation informationnelles ont entraîné un changement de paradigme remettant en cause le monopole du pouvoir de désinformer, mais permettant dans le même temps de radicaliser l’opinion publique et de faire échec à un véritable débat public.

Police

Djihadisme : l’obsession psychiatrique

Dans le bandeau de BFMTV qui accompagnait l’allocution du ministre de la Justice, on pouvait lire, au sujet de l’agresseur de la policière municipale de La Chapelle-sur-Erdre : « suspect schizophrène et radicalisé ». L’ordre des qualificatifs, repris tel quel également par Le Monde et Libération entre autres, n’est pas anodin, surtout lorsqu’on sait que le ministre de l’Intérieur, dans son allocution, avait d’abord présenté le caractère radicalisé (inscrit au fichier FSPRT) de N’diaga Dieye, avant d’évoquer sa schizophrénie.

Rapport sur la radicalisation dans les services publics, et après ?

Le rapport sur la radicalisation des services publics porté par Eric Pouillat (LREM) et Eric Diard (LR) se veut rassurant mais souligne que des « zones d’ombre persistent » notamment dans les secteurs de la santé, de l’éducation universitaire, des transport et de la détention carcérale. Dans une tribune, Laurence Taillade, Présidente de Forces Laïques, revient plus longuement sur ce rapport.

Jean-Marie Bockel

La prévention de la radicalisation ne pourra pas réussir sans les collectivités

Si la lutte contre le terrorisme relève des compétences régaliennes de l’Etat, les collectivités ont un rôle essentiel à jouer dans la  prévention de la radicalisation estiment les sénateurs Jean-Marie Bockel et Luc Carvounas dans un rapport qu’ils ont co-piloté. Jean-Marie Bockel, président de la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et de la décentralisation, nous a accordé […]

Radicalisation de la jeunesse

Radicalisation de la jeunesse – Le monde des extrêmes

La montée du radicalisme, religieux et politique, a nettement marqué l’Europe ces derniers mois. La séduction croissante qu’exercent « les extrêmes » sur une fraction de la jeunesse en colère, en proie à l’inquiétude ou désabusée, interroge. Dans « radicalisation de la jeunesse », Michel Fize dresse un portrait scientifique extrêmement rigoureux des jeunes tentés par le radicalisme.