La dette sans détours ni tabou

Décidément la crise emporte beaucoup de certitudes sur son passage dévastateur. D’un côté, elle approfondit la puissance de la politique monétaire au moyen d’une BCE aux actions survitaminées afin de parer une crise du crédit et un manque corrélatif de liquidités. Au prix de sérieuses réserves émises par le juge constitutionnel allemand dont certains pans du raisonnement méritent attention et même considération. Analyse de Jean-Yves Archer, économiste et membre de la Société d’Economie Politique

Featured Video Play Icon

« Point Com' »

Avec « Point Com’ », la journaliste Laetitia Krupa vous donne rendez-vous tous les jours (lundi à vendredi) pour décrypter la communication politique au temps du coronavirus. En 2 minutes, la chronique analyse une phrase d’un responsable politique. Objectif : suivre la crise sanitaire, avec l’angle de la communication.
Aujourd’hui Christine Lagarde.

Une récession doublée d’un krach boursier

Les travaux fort bien documentés de Laurence Boone, au nom de l’OCDE, ont établi avec netteté le risque avéré d’une récession en Europe et notamment en France. C’est en effet le scénario le plus sombre qu’il s’agit désormais d’extraire de ces travaux récents. Réaction de Jean-Yves Archer, économiste et membre de la Société d’Economie Politique.

l’Euro, un projet inachevé et chancelant

Alors que nous célébrons les vingt ans de la mise en place de la monnaie unique, ce projet économique, le plus ambitieux au plan mondial des cinquante dernières années, est aussi le plus pétri de contradictions : en effet, nous avons mis en place une monnaie unique venant couronner un marché unique des biens et services, tout en laissant subsister une concurrence fiscale et sociale sauvage au sein de cette même zone monétaire. Par ailleurs, nous avons dans la mise en place de l’Euro, éradiqué toutes formes de flexibilité économique au profit d’un système rigide et trop dogmatique