Les polices de Napoléon : legs et légendes

Ainsi vont les polémiques : elles puisent, dans un passé proche érigé en repoussoir, les mots pour dénoncer les blocages du présent. Parce que chargée du maintien de l’ordre, la police est vouée aux critiques en tant qu’elle protégerait et incarnerait ce décalage. Ainsi lui reproche-t-on désormais son atavisme colonial, tout comme en 1948 ou en 68 on scandait CRS/SS. Au XIXe siècle, c’est le legs napoléonien qui était en cause pour avoir durablement associé les mouchards et les cognes au contrôle du pays.

Pièce de 5 francs Napoléon de 1808

L’héritage financier de Napoléon

Cet héritage-là n’est pas le plus connu. On l’oublie souvent mais, dès les premiers jours de sa prise de pouvoir, Napoléon fut confronté à la plaie de finances toujours béante qui avait en partie condamné l’Ancien Régime comme la Révolution. S’il n’avait pas agi rapidement dans ce domaine, son régime n’aurait pas duré, c’est une certitude. S’il réforma dans l’urgence, ses innovations furent néanmoins pérennes, une incontestable réussite, une de plus à mettre à son crédit.