Palais de l'Elysée

Une lente (et irréversible ?) dégradation de la fonction présidentielle (Partie 3 et fin)

Depuis quelques décennies, chacun s’accorde pour dire que la fonction présidentielle n’est plus exercée avec la hauteur voulue. Ce qu’avait impulsé le général de Gaulle, qui avait aussi une certaine idée de ladite fonction, a pour l’essentiel disparu. Ses successeurs ont, petit à petit, chacun à sa façon, avec plus ou moins de zèle, dégradé celle-ci. Essentiellement en n’étant pas à la hauteur. Trop d’implication partisane, trop d’activisme. Pas de grand dessein. Pas de charisme. Une légitimité parfois contestable. Des « affaires ». Médiatisation à tous crins. Bref, pour reprendre une image d’athlétisme empruntée au saut en hauteur, tout est une question de barre !

Marianne

Marianne ! Ils t’ont oubliée !

Les dernières élections régionales et départementales auront été marquées par deux fiascos inquiétants : la distribution approximative des documents électoraux aux citoyens et l’importance de l’abstention. Inutile d’épiloguer sur le premier point, il suffira de relever que, décidément, le recours au privé pour effectuer des tâches que les services publics assuraient correctement depuis des dizaines d’années, est une erreur et les dérisoires « excuses » présentée par le ministre de l’Intérieur n’enlèvent rien à l’évidence de son incompétence et de celle de ses pairs, pour avoir fait un tel choix.

Carte de France

La commune : espace vivifiant de la République

L’espace communal a mis longtemps à être juridiquement reconnu comme espace de liberté dans la République. Malgré la tutelle d’un jacobinisme très géométrique, il s’est pourtant imposé de fait, au long des régimes et des constitutions, comme un lieu essentiel et vivant d’échange, et la pépinière des gouvernants. Aujourd’hui, ce précieux héritage doit être protégé d’une approche excessivement fonctionnelle de la gestion locale.

Vote France

Politique du pire ?

A défaut d’être centrée sur des enjeux politiques locaux mobilisateurs, la campagne en vue des élections régionales et départementales semble déjà négligée, au moins par les médias et les états-majors partisans nationaux, au profit de l’autre, celle des élections présidentielles. Plus précisément, l’attention se focalise sur le second tour de ce scrutin-ci, quand ne resteront en lice que deux candidats entre lesquels les français devront finalement choisir. Combien tragique est d’ailleurs cette simplification de la vie politique de notre pays qui appauvrit le débat public et éloigne le citoyen des réalités…

Groupe de personnages observé par des caméras

La démocratie de l’expression – Ou le nouvel âge de l’opinion publique

Trop souvent encore, pour beaucoup, « l’opinion publique », ce sont seulement les sondages. Or, chaque jour, des millions de personnes s’expriment librement sur Facebook, Twitter, LinkedIn, sinon sur Instragram ou désormais Tik Tok. Il faut en prendre acte et caractériser ce nouvel âge de l’opinion, qui lui redonne un rôle très actif, pour le meilleur et pour le pire.

François Mitterrand

François Mitterrand et l’Afrique : retour sur le fameux discours de La Baule du 20 juin 1990

Au 10 mai 2021, commémoration du XLè anniversaire de l’accession de François Mitterrand à la présidence de la République française, Roger Koudé rappelle sa relation particulière avec le continent africain. De ses 14 années à la tête de l’Etat français et de la politique mitterrandienne de l’Afrique, l’on retiendra probablement en particulier le fameux discours de La Baule du 20 juin 1990 comme l’un des faits marquants.