"Le courage de la nuance"

« Le courage de la nuance » de Jean Birnbaum, ou une dialectique de l’engagement et de la mesure

1977, l’émission « Apostrophes » : deux invités accusent ceux qu’on appelait alors les nouveaux philosophes de « faire le jeu » de Giscard et de décrédibiliser la gauche en brandissant l’horreur du goulag, comme si dénoncer les atrocités d’un régime totalitaire vous renvoyait ipso facto dans le camp opposé.

Macron allocution Covid

We are the world, we are the resilient

Incarnant tour à tour le chef militaire et le président thérapeute, Emmanuel le Résilient décline, selon l’actualité du moment, un mot-valise, qui au-delà de sa pluralité sémantique, recouvre, pour lui, un concept qui lui permet de penser (panser ?) le monde d’après. L’écologie ? voici le projet de loi climat et résilience. Le virus ? voilà l’opération militaire intitulée résilience. La sortie du Covid et l’allègement des contraintes sanitaires ? voici encore, le scénario de la résilience.

Touche pas à mon Molière

L’annonce récente d’une réécriture des pièces de Molière a suscité une levée de boucliers dans les milieux intellectuels. C’est un tweet de France Culture qui a déclenché les hostilités : « Des jeunes auteurs et autrices vont réécrire les pièces de Molière pour que les élèves puissent y avoir accès plus facilement, ou du moins, d’une manière nouvelle. La langue de Molière est-elle devenue trop ardue pour les écoliers d’aujourd’hui ? »  Présenté comme cela, la crainte peut paraître légitime de sacrifier l’exigence sur l’autel de l’accessibilité.