Géopolitique de la Russie – Approche pluridisciplinaire

Dirigé par Anne Pinot et Christophe Réveillard, l’ouvrage Géopolitique de la Russie – Approche pluridisciplinaire rassemble des textes de spécialistes du monde post-soviétique. Pour la Revue Politique et Parlementaire, Gaël-Georges Moullec, docteur en histoire contemporaine, en a réalisé la recension.

Le volume que nous proposent Anne Pinot et Christophe Réveillard, en collaboration avec 17 autres spécialistes du monde post-soviétique, souhaite nous apporter des pistes afin de mieux comprendre « le retour de la Russie sur l’échiquier géopolitique… tant les évolutions et les changements sont profonds » (p. 11). Divisée en trois parties, les déterminants intérieurs de la puissance russe, la Russie et son étranger proche et la Russie et le monde, l’analyse veut souligner l’amélioration de la position de la Russie et de son État, à l’intérieur et dans le monde, depuis l’arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir, voici bientôt vingt ans !

L’introduction d’Anne Pinot et Christophe Réveillard, claire et argumentée, met en lumière les principaux aspects de la stratégie de puissance de la Russie. En premier lieu, l’importance de l’énergie – « extraordinaire levier de développement interne et d’influence extérieure » (p.15). Est aussi mis en avant la maitrise retrouvée « du calendrier diplomatique… Le classicisme westphalien de la diplomatie russe réussit progressivement à réintroduire Moscou dans le cénacle des puissances bien avant qu’elle en fût effectivement capable » (p 16). Troisième élément d’importance pour les auteurs, «  la restauration de la force et de la légitimité de l’État » (p. 17) qui pour eux joue un rôle primordial dans ce retour de la Russie. Enfin, la « réappropriation du territoire » et son utilisation « en termes économiques, pour la préservation et l’exploitation des ressources dans une perspective stratégique, hinterland et profondeur spatiale et politiquement par la maîtrise des frontières » (p. 18) serait aussi à porter au crédit de la politique conduite depuis les deux dernières décennies.

À la verticale « descendante » du pouvoir, répondrait une verticale ascendante – la confiance du peuple russe envers ses dirigeants et un lien horizontal – le sentiment populaire d’être profondément lié aux destinées du pays.

Une telle présentation repose sur une constatation d’évidence – en 2019, la place de la Russie dans le monde est tout autre qu’à la fin des années 1990, mais cela est-il gage de pérennité ?

Incontestablement, la Russie est de nouveau dans l’actualité et ce livre est le bienvenu, de par la qualité des articles réunis, en particulier celui d’Olivier Hanne, « La Russie et ses Musulmans » (p. 142-171) et celui de Xavier Moreau, « Perspectives ukrainiennes dans la politique russe » (p.175-198) sur la crise ukrainienne et « la réunification de la Crimée ». Enfin, une mention particulière doit être décernée à la postface quasi-prémonitoire de Dominique Souchet, « France-Russie, une relation géopolitique à réinventer » (p.335-353). L’ensemble est clair et didactique, sans que l’analyste ne se transforme en donneur de leçons.

Ainsi, dans chacun des articles de ce recueil, le lecteur trouvera des informations précises lui permettant de mieux saisir les enjeux historiques et actuels de chacun des thèmes abordés. Ce livre est un outil particulièrement utile pour les étudiants.

Notons toutefois qu’une publication plus rapide – ces textes sont issus d’un colloque tenu en novembre 2017 – et des articles sur la Syrie et le renouvellement de l’outil militaire russe auraient été appréciés.

Mais le biais est ailleurs. Écrit avec une neutralité bienveillante au moment même où de trop nombreux ouvrages récents veulent transformer la Russie de Vladimir Poutine en nouvel Empire du Mal, ce recueil nous laisse sur notre faim en ne traitant pas des problèmes qui constituent les plus grands défis auxquels la Russie aura à faire face dans les années à venir.

Ainsi, alors que le défi démographique est traité en détail dans l’article de Gérard-François Dumont, ce recueil reste muet sur des points aussi primordiaux pour la stabilité politique en Russie que l’écart grandissant entre les possédants et le reste de la population, la corruption, qui atteint toutes les sphères de la société et facilite une fuite massive des capitaux, l’absence de renouvellement de l’élite politique, économique et industrielle alors que l’ascenseur social est en panne, ou encore la crise de l’enseignement supérieur – contournée par l’envoi dans les universités étrangères des jeunes les plus privilégiés.

Il convient certes de parler du retour du géant, mais sans toutefois oublier qu’il pourrait bien – une nouvelle fois – avoir des pieds d’argile.

Géopolitique de la Russie
Approche pluridisciplinaire
Anne Pinot et Christophe Réveillard (
dir.)
SPM, 2019
386 pages, 33 €