Quelle connerie la guerre !

« Nous sommes en guerre » avait déclaré François Hollande face au Congrès à Versailles après les attentats de Paris du 13 novembre 2015. Défenseurs infatigables des valeurs fondamentales de l’humanité, Jean-Pol Barras et Denis Lefebvre ont réuni une série de textes sur la tolérance, le pacifisme et la fraternité écrits par des personnalités du monde entier, de tous les temps et de tous les horizons. Des dessins de Plantu illustrent ces écrits.

Traumatisés par l’attentat de Charlie Hebdo, confrontés à la barbarie du 13 novembre 2015, les citoyens sont aussi submergés par des écrits de guerre et assourdis par des discours belliqueux, le livre « Quelle connerie la guerre » accorde à notre esprit une halte bénéfique et pour cause , il parle de paix et de fraternité.

Cet ouvrage est une initiative de la fondation Henri La Fontaine, créée en 2011, en mémoire d’Henri La Fontaine, prix Nobel de la Paix en 1913, et l’un des inspirateurs de la société des Nations. « Il nous faut tourner le dos à la nuit sombre d’ignorance, et de préjugé et de haine et de rivalité et regarder en face le jour qui se lève, la nouvelle renaissance, la renaissance totale, le début d’une ère nouvelle, celle de l’humanisme ». disait Henri La Fontaine. Fidèle à sa pensée et à son action, cette anthologie  rassemble un bon nombre de textes sur la tolérance, le pacifisme et la fraternité universelle, écrits par des auteurs de 1149 à 2015.

« Dans les temps troublés que nous connaissons, rassembler des écrits du monde entier qui ont marqué les siècles et demander à Plantu d’illustrer ces textes est un véritable message de résistance », explique Jean-Pol Baras, l’un des co-auteurs du livre et président de la fondation Henri La Fontaine. Les textes choisis résultent d’un « subjectivisme assumé », reconnait-il. « L’objectif était de donner des éclairages sur des auteurs pas spécialement connus pour ces textes-là, comme celui qu’a publié Camus au lendemain d’Hiroshima », explique J.-P. Baras. « Si les textes sont universels, certains proviennent de personnalités qui n’ont pas forcément franchi la rampe de l’Histoire, comme Bertha von Suttner par exemple », ajoute l’autre co-auteur, l’historien Denis Lefebvre. « Certains textes, comme celui de Baccus, sont quasiment inédits ».

À travers les cinq chapitres du livre : « Les pères penseurs, les textes fondateurs », « Les miroirs du temps qui passe », « La vie et rien d’autre », « De la résistance à la riposte », « Le chant du poète », le lecteur,  assoiffé de justice et de paix, découvre avec bonheur  des textes qui nous transportent hors de l’ambiance violente et désespérante, et nous irriguent de la force de conviction d’auteurs épris de paix et de fraternité. Parmi lesquels figurent entre autres Camus, Debray, Musset, Saint-Exupéry, Einstein, Erasme, Freud, Fuentes, Gandhi, Havel, Hessel, Jaurès, J.F. Kennedy, M.L. King, Luxemburg, Malraux, Montaigne, Sartre, Senghor, Tolstoï, Vian, Voltaire, Yourcenar ou encore Zweig. Plusieurs Belges ont également été mis à l’honneur, dont le prix Nobel de chimie Ilya Prigogine, le député et dramaturge Gaston Baccus et le fondateur du Crisp, Jean Van Lierde.

Les textes rassemblés dans cette anthologie écrits par des personnalités du monde entier, de tous les temps et de tous les horizons, mettant en valeur les sentiments humains et les actes humanistes au service de la paix et de la coexistence entre les peuples, donnent à ce livre une portée intemporelle et universaliste du message.

Jamais ouvrage n’a été si opportun de nos jours que celui-ci. Dans un monde accablé par tant de haines, de violence, épuisé par des guerres interminables qui jettent  sur les routes des millions de personnes à la recherche d’un havre de paix, lire des textes d’hier et d’aujourd’hui qui résonnent non plus comme des coups de canons mais dégagent plutôt des sons mélodieux, harmonieux, nous ravit l’esprit et le cœur. Un livre  bel et bien salutaire.

Jean-Pol Baras, Denis Lefebvre et Plantu
Editions Omnibus, 2016
288 p. – 19,95 €