Cyberespace et terrorisme

L’avènement du cyberespace et sa croissance exponentielle ont démultiplié les moyens de communication, accéléré le phénomène de la mondialisation, conduit aussi à une propagation des conflits entre une multitude d’acteurs aggravant  la menace terroriste. Face au chaos et à la transformation du cyberespace en « terreur espace », il était nécessaire de se donner les moyens de réagir. L’approche du terrorisme passant par le cyberespace est nécessairement transverse. Le terrorisme serait-il l’envers de la médaille de l’économie numérique ?

Jacques-Louis Colombani avocat, diplômé de l’Institut de criminologie et de droit pénal de Paris, spécialiste de la lutte contre la piraterie et la contrefaçon des œuvres de l’esprit , plaide dans cet ouvrage en faveur d’une réponse coordonnée entre les États afin de contrer la menace terroriste liée à Internet puisque « les terroristes et autres criminels sont à la tête de réseaux internationaux et sont susceptibles de frapper partout ». Tout au long de l’ouvrage, et en bon juriste il traite en équilibriste un sujet brulant. Rappelant sans cesse vouloir rétablir l’ordre par les moyens juridiques, évitant toutes dérives totalitaires, une entreprise délicate  basée sur un fondement juridique imparable. Ne pas céder au terrorisme sans abdiquer une seule des libertés individuelles qui permettra de vaincre et de conserver au pays son statut de terre des droits de l’homme. Les avocats devront rester vigilants pour préserver la force de ce qui fait de la France un Etat de droit martèle-t-il.

Pour les terroristes, internet est un lieu de recrutement pour semer le chaos au sein des démocraties, un lieu de diffusion de propagande et de prosélytisme provoquant la dépendance par des méthodes sectaires sans oublier la menace qu’ils font planer sur la sécurité, et la sureté des installations stratégiques. Entre leurs mains, internet devient une arme de guerre et mérite une réponse collective que doit apporter l’Etat et les citoyens lorsque la menace effective apparait sur leur sol, tel est désormais l’enjeu de la réflexion.

Jacques-Louis Colombani analyse avec précision comment les terroristes utilisent le cyberespace à diverses fins et explique comment s’opère la qualification juridique des faits . il souligne les prétextes ludiques au « ciblage » des profils : on trouvera principalement les jeux, les réseaux sociaux, le cybersexe, une source importante des entreprises cyber terroristes ; les cybermenaces : quand l’addiction à internet devient l’outil de la manipulation des esprits ; il met en garde les Etats contre une réelle menace à l’échelle internationale exercée par le vecteur internet et qui n’appelle pas encore de réponses coordonnées de la part des Etats. Les terroristes peuvent avoir librement accès à toutes les informations et donc cibler les profils, tandis qu’eux opèrent à l’abri d’une structure de communication opaque

Jacques-Louis Colombani passe en revue les remèdes nationaux au cyberterrorisme aux formules disparates : les réactions radicales (Chine Russie Corée), les réactions des pays dominés par la loi coranique, les Etats-Unis avec le Patriot Act et Guantanamo, et enfin en ce  qui concerne la France : « Les lois sur le renseignement et autre qui peuvent faire penser au citoyen que l’Etat agit pour plus de sécurité sont dénuées de valeur ajoutée par rapport à l’existant » ; il rappelle l’urgence d’une action cohérente organisée et coordonnée par l’Etat « en matière de répression du terrorisme les lois ne manquent pas la volonté et les moyens de les appliquer sont une autre chose… »

Enfin Jacques-Louis Colombani rassemble les « textes protecteurs » et dispositions particulières en cas d’actes de terrorisme et plaide pour la généralisation du contrat de responsabilité parentale. Il lance un appel citoyen aux familles, aux éducateurs qui ont en charge les plus exposés, qu’ils doivent prendre conscience de la menace jusqu’aux recoins les plus éloignés de la République. Il invite à « propager l’esprit de résistance tout comme les terroristes propagent l’esprit de peur. C’est un appel à agir sur l’éducation des enfants bref à former des bataillons numériques ».

Ouvrage précieux utile tant pour les autorités que pour les familles et tout un chacun.

Cyberespace et terrorisme
Jacques-Louis Colombani
Presses de l’Université Laval, collection Diké, 2016, 155 p. – 17,95 €

Katia Salamé-Hardy