La décentralisation, pivot de la relance économique et écologique ?

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales a été était auditionnée le jeudi 17 décembre par la Délégation aux collectivités territoriales du Sénat. Celle qui est le maître d’œuvre du projet de loi 4D a rappelé que le thème de la décentralisation était au cœur de la politique que veut mener le Premier ministre, Jean Castex. Par Ferréol Delmas.

La fiscalité, « black swan » des relocalisations

C’est entendu, l’après-crise sera l’ère des relocalisations. Les « supply chain » vont se raccourcir et se rapprocher des marchés de consommation. Beaucoup y voient une chance historique d’investissements accrus en Europe et de réindustrialisation de la France et d’autres pays. Un premier obstacle a déjà été identifié : la disparition de certains savoir-faire qu’il va falloir recréer. Un autre obstacle aux conséquences aussi importantes est, lui, largement ignoré : la fiscalité.

Quelle économie pour demain ?

La crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus n’a pas de précédent et suscite de nombreuses interrogations. Faut-il encourager la dépense publique ? Doit-on annuler la dette ? La crise va-t-elle changer nos façons de consommer ? Notre modèle économique est-il viable ? Dans cet entretien croisé, Aurore Lalucq et Philippe Manière exposent leurs visions et préconisations.

« L’importance de la reprise dépendra du degré de confiance qu’auront les Français dans leur avenir »

Le contexte post-Covid était socialement complexe, nous rappelle Raymond Soubie qui craint aujourd’hui une conjonction des mécontentements. Afin d’éviter une situation explosive, le gouvernement doit davantage et mieux dialoguer avec les partenaires sociaux et les territoires, ce que semble souhaiter le nouveau Premier ministre, relève-t-il.

La vision économique du Président Macron

Après un effacement médiatique relatif laissant un horizon au Premier ministre, le Chef de l’État a prononcé, dimanche soir, une allocution préalablement qualifiée de solennelle par les services de l’Élysée. Une vingtaine de minutes assez denses mais fort habilement assez floues pour que tout le monde – ou presque – y trouve son compte. Sur le fond politique, le Président nous a montré son art de la triangulation voire son talent pour se raccrocher au modèle du projet attrape-tout cher à un certain François Mitterrand à l’orée des élections législatives de 1978, souligne Jean-Yves Archer.

Le Covid-19 et l’idéologie « zéro mort » : fallait-il vraiment confiner les populations dans nos pays ?

La pandémie du Covid-19, ce coronavirus qui nous vient de la province chinoise de Hubei, a en quelques semaines ébranlé le monde entier. Tous les continents se sont trouvés touchés, les uns après les autres, à une vitesse extraordinaire. Pour tenter de freiner la propagation du virus, presque tous les gouvernements ont pris des mesures coercitives sévères consistant à confiner, chez eux, tous les habitants. Au nom de l’idéologie « zéro mort » la plupart des pays ont donc mis à l’arrêt leur économie, passant outre aux conséquences qui en résulteraient pour l’emploi et la santé de leurs entreprises. Par Claude Sicard, économiste, consultant international.