Gestion de projet

Les biais comportementaux l’emportent-ils sur les erreurs de gestion dans la contre-performance des grands projets ?

Avec des retards considérables au niveau de leur achèvement, des dépassements de coût parfois faramineux et des retombées économiques largement en deçà des attentes, les grands projets défraient souvent la chronique, en remettant en cause souvent la légitimité de l’action publique. Il semble que des erreurs de gestion et des biais comportementaux puissent expliquer leur contre-performance. Mais quelle explication l’emporte vraiment sur l’autre ?

La croissance économique frappée d’incertitudes sérieuses

La croissance est un paramètre central de notre vie en société. La récession de 2020 a bien montré ce qu’était un univers sans croissance avec, pour ne citer qu’un exemple, plus d’un million de nos concitoyens qui ont sombré en-deçà du seuil de pauvreté. Un million d’êtres additionnels privés d’avoirs et des fruits du développement sociétal. Autant dire que la question de la croissance pour 2021 est une question-clef car elle est un pilier du pacte républicain.

Pièce de 5 francs Napoléon de 1808

L’héritage financier de Napoléon

Cet héritage-là n’est pas le plus connu. On l’oublie souvent mais, dès les premiers jours de sa prise de pouvoir, Napoléon fut confronté à la plaie de finances toujours béante qui avait en partie condamné l’Ancien Régime comme la Révolution. S’il n’avait pas agi rapidement dans ce domaine, son régime n’aurait pas duré, c’est une certitude. S’il réforma dans l’urgence, ses innovations furent néanmoins pérennes, une incontestable réussite, une de plus à mettre à son crédit.

Iran manifestations

Coupures d’électricité en Iran, une indignation publique

Le soir du 4 juillet, et en raison des fréquentes coupures de courant, les habitants de plusieurs quartiers à Téhéran et dans de nombreuses autres villes sont descendus dans les rues se manifester en prononçant « mort à Khamenei » et « mort au dictateur ». Les extraits de ces manifestations sont abondamment partagés sur les réseaux sociaux. Un média pro-régime affirme que « les iraniens sont indignés, et le cumul des mauvaises nouvelles qui se sont succédées restreignent le seuil de leur tolérance vis-à-vis de chacune ».

Liban manifestation

Liban : Protégez-nous de nos amis

A quelques jours du premier anniversaire de l’explosion du port de Beyrouth, le 4 Août, nous assistons à un curieux ballet diplomatique, passé presque inaperçu.
Au cœur de l’été, deux diplomates postées dans un pays, le Liban, se rendent dans un pays tiers où elles n’ont aucune accréditation, l’Arabie Saoudite, pour solliciter son aide, se substituant visiblement aux autorités libanaises.
Ont-elles agi en leur nom ? Ou au nom des pays qu’elles représentent ? Peut-être au nom des deux ? Curieux et insolite ?

L’abstention ou comment l’économie explique certains comportements

La démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Ainsi, peut-on résumer l’enseignement reçu après analyse des résultats des deux tours des élections régionales organisées à la fin du mois de juin 2021. Olson, un économiste, avait détecté dès 1965 dans les sphères économiques un phénomène identique à celui vécu comme un mini-séisme par une très large part de la classe politique française. Celui du passager clandestin.

Discours

Les experts dans le débat public : un abus de position dominante ?

L’intervention croissante de l’État a donné aux questions économiques et sociales une place de plus en plus importante dans le débat public. Cette tendance a débuté dès l’entre-deux-guerres ; elle a été confortée par le consensus keynésien forgé à la Libération ; elle n’a pas véritablement été remise en cause par la libéralisation relative de l’économie qui, depuis 40 ans, coexiste, dans un rapport en apparence contradictoire, avec une augmentation sensible des dépenses publiques et le développement des mécanismes de protection sociale.

Emmanuel Macron

La prochaine élection présidentielle : Emmanuel Macron part à la découverte des besoins des Français

La France est dans une situation périlleuse, aux plans économique et social, et ne voilà-t-il pas qu’Emmanuel Macron entreprend sa campagne électorale comme si de rien n’était ? Il se propose d’effectuer un tour de France de deux mois pour « prendre le pouls du pays ». Il a appelé cela un « pèlerinage laïc ».