François Guizot

François Guizot, critique acerbe de Bonaparte et du système bonapartiste

Dans cet article, Matthieu Creson rappelle comment François Guizot (1787-1874) dressa, dans l’un des chapitres de son ouvrage Des moyens de gouvernement et d’opposition (1821) un réquisitoire accablant contre « Buonaparte » et le « buonapartisme », dont l’ampleur des méfaits doit être clairement perçue selon Guizot par la jeune génération si celle-ci souhaite se doter d’institutions réellement libres et modernes. Retour sur un texte écrit voilà deux siècles, et dont la substance est encore riche d’enseignements aujourd’hui.    

Globe terrestre

Au cœur du tournant historique

Rappelons-nous : au début du tournant des années 1990, un déferlement d’enthousiasme se répandit sur le monde. Les classes dirigeantes, les experts dominants, les intellectuels en vogue, dépeignaient une planète désormais unifiée et pacifiée par la « fin des idéologies ». Un océan de sérénité et de bien-être s’ouvrait entre les rives du libre-marché et de la démocratie libérale. Certains évoquaient une « mondialisation heureuse » et sonnaient « la fin de l’histoire ». 

Gustave Le Bon

Napoléon vu par Gustave Le Bon (2/2) : un meneur de foules autoritaire et divinisé, en quête permanente de prestige

Dans cet article (dernier des deux volets sur cette question), Matthieu Creson tente de relire l’épopée napoléonienne à la lumière des écrits de Gustave Le Bon (1841-1931), auteur notamment de la Psychologie des foules (1895), ouvrage habituellement considéré comme le texte fondateur de la psychologie collective.

Timbre "Préparation du code civil"

Le Code civil ou la permanence du projet consulaire

« Constitution civile de la France » selon le doyen Jean Carbonnier, « masse de granit » au même titre que le franc germinal, les préfets ou la Légion d’Honneur, « transaction » selon Portalis, le Code civil des Français ne manque pas de qualificatifs attachés à en désigner tant les qualités de fond et de forme que la caractéristique majeure d’avoir réussi à unifier le droit d’une monarchie disparue et celui de la Révolution achevée.

Statue Napoléon Bonaparte

Bonaparte, l’esclavage et la France – Le bicentenaire entre mémoire et histoire

Alors que pour certains Napoléon Bonaparte est l’un des plus grands hommes d’État que la France ait connu, pour d’autres il incarne un pouvoir autoritaire et le rétablissement de l’esclavage. Jean-Marc Ayrault nous rappelle que l’histoire de France n’est pas un bloc qu’il faudrait accepter ou rejeter, mais un tout qu’il faut comprendre et nuancer.