François Guizot

François Guizot, critique acerbe de Bonaparte et du système bonapartiste

Dans cet article, Matthieu Creson rappelle comment François Guizot (1787-1874) dressa, dans l’un des chapitres de son ouvrage Des moyens de gouvernement et d’opposition (1821) un réquisitoire accablant contre « Buonaparte » et le « buonapartisme », dont l’ampleur des méfaits doit être clairement perçue selon Guizot par la jeune génération si celle-ci souhaite se doter d’institutions réellement libres et modernes. Retour sur un texte écrit voilà deux siècles, et dont la substance est encore riche d’enseignements aujourd’hui.    

Napoléon

Ombres et lumières

Dans l’opacité de la fin du mois d’avril et du début de mai, à l’approche d’un été dont nul ne sait s’il répondra ou non aux attentes et espoirs d’une évolution positive de la pandémie, jamais l’actualité distillée avec plus ou moins d’objectivité par les médias n’aura été aussi lourde de contrastes et de signes avant-coureurs de grands bouleversements…

Bicentenaire de la mort de Napoléon – Jean-Christophe Cambadélis : « Commémorer ne veut pas dire célébrer ! » 

Le bicentenaire de la mort de Napoléon constitue un événement mémoriel qui interpelle le politique. La mémoire de l’Empereur est aujourd’hui, comme elle le fut par le passé, l’objet de débats. Que reste t-il de son legs ? Quels en sont les enseignements ? Qu’est-ce que cette histoire nous révèle de nos fractures présentes et passées ? Comment les politiques s’approprient ou non cette dernière ? Il nous a semblé utile de les interroger. D’aucuns n’ont pas souhaité répondre, d’autres se sont prêtés à l’exercice. Ce sont leurs contributions que nous livrons à nos lectrices et à nos lecteurs.

Les conceptions politiques de de Gaulle ont été enrichies et élargies par ses lectures

Dans une interview qu’il nous a accordée, Jean-Marie Rouart, écrivain et membre de l’Académie française, nous parle de son admiration pour de Gaulle : un homme soucieux d’illustrer la grandeur de la France, possédant une vaste culture, une grande ambition et un grand sens de l’histoire mais qui a pu se montrer, durant les guerres d’Indochine et d’Algérie, machiavélique, dur et violent.