Daniel Cordier né à Bordeaux le 10 août 1920, mort à Cannes le 20 novembre 2020

« Notre Dieu est mort ! » : en juillet 1943, en annonçant à Georges Bidault, par ces mots, la mort de Jean Moulin, Daniel Cordier illustrait le lien exceptionnel qu’il avait tissé avec Rex, délégué du général de Gaulle en France occupée, devenu, le 2 avril 1943, Monsieur X, Commissaire national en mission. Choisi par Moulin pour assurer, à partir du 27 juillet 1942, son secrétariat, Cordier est resté fidèle à ce patron au point de consacrer plusieurs ouvrages à celui qu’il a défini comme l’inconnu du Panthéon. Par Charles-Louis Foulon.

Charles De Gaulle

Gouverner à la Libération – les Commissaires de la République du Général de Gaulle, les hommes rares d’un temps exceptionnel

A la libération, de Gaulle choisit d’instituer des commissariats régionaux pour assurer le lien entre le gouvernement central et les régions de la métropole. Charles-Louis Foulon, Docteur en études politiques et en histoire, revient sur l’apparition des commissaires à la Libération, leur rôle puis leur disparition.

La création du ministère des Affaires culturelles : le pari réussi de Charles de Gaulle et André Malraux

« Il vous sera utile de garder Malraux. Taillez pour lui un ministère, par exemple, un regroupement de services que vous pourrez appeler « Affaires culturelles ». Malraux donnera du relief à votre gouvernement ». La recommandation faite à Michel Debré, si elle marquait l’attachement de Charles de Gaulle à celui qu’il devait définir comme son ami génial, était aussi un pari sur la capacité de l’écrivain à diriger un ministère alors qu’en 1958, le portefeuille de l’Information lui avait été retiré moins d’un mois après sa nomination.