« Plus que jamais nous devons mener le combat contre les idéologies anti-science »

Dès sa nomination en 1981 au ministère de la Recherche et de l’Industrie, Jean-Pierre Chevènement ambitionne de redonner à la France la puissance scientifique, technique et industrielle qu’elle a connue sous de Gaulle. Il déplore que depuis la présidence de Mitterrand, la science et la recherche ne soient plus une priorité gouvernementale. 

La mesure de la science

« La science va sans cesse se raturant elle-même. Ratures fécondes » écrit Victor Hugo dans le chapitre L’Art et la Science de son livre William Shakespeare. C’était en 1864 ; un siècle et demi plus tard nous arrivons à un point où il y a trop de ratures, la science croule sous ses ratures. Comment discriminer le juste du faux, l’utile de l’inutile ?

« Aujourd’hui, encore plus qu’il y a 80 ans, la notion de coopération et de partenariat est essentielle »

Sous l’impulsion de scientifiques et de politiques visionnaires, le CNRS est créé en 1939 pour fédérer, centraliser et pérenniser l’effort de recherche de la France. 80 ans de transformations et de mutations plus tard, les hommes et les femmes du CNRS continuent de chercher des réponses aux enjeux contemporains tout en partageant des valeurs fortes : liberté de la recherche, travail en équipe, excellence scientifique. Devenu un acteur incontournable de la recherche internationale, le CNRS suscite admiration et respect à l’étranger.