Arnaud Benedetti

L’édito d’Arnaud Benedetti avec notre partenaire Radio Orient

À un an de la prochaine élection présidentielle, toutes les études d’opinion montrent une glaciation du rapport de forces. Les deux offres principales de 2017 continuent à ce stade à dominer la scène de l’élection présidentielle. Pour autant les jeux demeurent ouverts. L’histoire électorale au demeurant doit nous inciter à d’autant plus de prudence que si l’on se réfère à toutes les prévisions électorales à un an de la consultation, Monsieur Balladur l’eut emporté en 1995 , Monsieur Jospin en 2002, Monsieur Juppé en 2017…

Arnaud Benedetti

L’édito d’Arnaud Benedetti avec notre partenaire Radio Orient

C’est un amendement introduit en catimini par le gouvernement dans le cadre de l’examen du projet de loi organique relatif à l’élection du Président de la République qui a suscité l’ire des sénateurs. Le texte prévoyait en substance la possibilité pour les électrices et les électeurs qui en feraient la demande de pouvoir voter par anticipation via un dispositif électronique dans des bureaux de vote et à une date à déterminer par décret. L’objet affiché de l’initiative de l’exécutif était de moderniser les opérations de vote afin de faciliter la participation citoyenne.

Quelle voie pour l’Équateur à la veille de l’élection présidentielle ?

En ce dimanche 7 février 2021, l’Equateur vote pour un nouveau président de la République et pour renouveler son Parlement. Après une des présidences les plus chaotiques et onze mois de pandémie Covid-19 qui ont provoqué des drames sanitaires et affecté durement l’économie, quelle voie le pays va-t-il choisir alors que le Président sortant, Lenin […]

La leçon de l’élection américaine ? Un populisme smart

Les ressorts socio-politiques de l’Amérique polarisée entre Trump et son successeur Biden ne sont pas éloignés de la situation française ; malaise économique et culturel des classes moyenne et populaire, épuisement des partis, esprit de révolte. Pour éviter un scénario à la Trump, la solution politique n’est-elle pas un populisme « smart », qui allierait bon sens populaire, pédagogie de la réforme, et un projet culturel unissant enracinement et universalisme ?

L’avertissement

Les images de l’irruption  des partisans de Donald Trump au Capitole, le jour de l’Epiphanie de 2021, ont fait le tour de la planète, suscitant une émotion et les commentaires indignés de la majeure partie des capitales du monde occidental. Par Eric Cerf-Mayer.

Trump peut-il perdre ?

Faisons fi de tout suspense ici en répondant par l’affirmative, tout en ajoutant dans un même souffle que ce que n’est pas l’essentiel de notre analyse : il y a suffisamment de Mme Irma dans le monde des politologues pour ne pas céder à cette mode. Nous préférons apporter notre connaissance personnelle du continent américain, notre présence dans le monde des affaires aux USA, nos remontées du terrain, pour apporter une double vision. Elle consisterait à dire que si Trump peut parfaitement perdre cette élection, le trumpisme devrait lui survivre, en une victoire à la Pyrrhus pour l’autre camp

Un président, enfin !

Jeudi dernier, Abdelmadjid Tebboune, un proche d’Abdelaziz Bouteflika, a été élu au premier tour de la présidentielle algérienne avec plus de 58 % des suffrages. Dès l’annonce des résultats, des milliers d’Algériens sont descendus dans la rue pour contester cette élection. Alors que le pays doit également faire face à une grave crise économique et financière Naoufel Brahimi El-Mili, spécialiste du Maghreb, analyse la situation pour la Revue Politique et Parlementaire.