L’engagement poétique et politique de l’écrivain Sergueï Lebedev : une recherche du temps présent

Aujourd’hui, il s’avère difficile de se dispenser, à l’occasion du trentième anniversaire de la chute du Mur de Berlin en 1989 suivie de l’implosion de l’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS) en 1991, de réexaminer la période soviétique et post-soviétique. Largement présente dans les médias français ces dernières années, la Russie demeure pourtant lointaine, semble-t-il, aux yeux des Européens. L’œuvre romanesque du jeune écrivain Sergueï Lebedev offre un état des lieux mouvant de la mémoire russe et de son héritage dans la société contemporaine.

Haut-Karabakh : que fait la diaspora arménienne ?

«[Les Européens] n’ont que faire de la prévention des massacres. Pendant les massacres d’Arménie, ils s’exhortèrent les uns les autres à endosser un devoir sacré, puis ils se sont satisfaits de cette expression creuse. Leur devoir sacré, ils l’ont laissé aux chiens. Preuve est faite que ce Concert européen, conçu pour empêcher le bain de sang, n’est qu’une agrégation stérile.» Les mots de Stephen Newark Crane, écrivain de la fin du XIXème siècle, nous poussent à nous interroger sur la sincérité de la relation qu’entretiennent les pays européens à l’égard du peuple arménien ainsi que sur leur capacité et leur volonté à garantir la paix.

Karabakh – L’« Autre guerre » de 2020

En France, la période qui s’écoule de septembre 1939 à mai 1940 est connue comme celle de la « Drôle de guerre ». Celle qui vient de se dérouler au Karabakh pourrait, de plein droit, être qualifiée d’ « Autre guerre », une guerre bien différente de celle de 1992-1994 et des échauffourées du printemps 2016 qui ont ensanglanté cette région. Par Léonid Ioffé, journaliste russe.

Moscou – 1917 – Rapports d’Albert Remes, consul général du Royaume de Belgique

Gaël-Georges Moullec est un spécialiste reconnu de l’histoire de l’Union soviétique et de la Russie contemporaine et, à chaque livre publié, il nous ouvre des perspectives nouvelles et éclairantes sur ces sociétés. Capable de publier en français, en anglais comme en russe (il maîtrise parfaitement cette langue), il s’intéresse particulièrement aux échanges internationaux, sous toutes leurs formes. Il sait, dans les dépôts d’archives les plus difficiles d’accès, nouer les contacts et tirer les fils qui permettent de mettre en lumière des documents inédits. Cette fois encore son talent de découvreur fait merveille.