Médecine et médias

Entre XIXe et XXIe siècle : peut-on être médecin et journaliste ?

S’exprimer dans les médias tout en exerçant la médecine… cela est-il bien compatible ? La question se pose aujourd’hui tant la présence des médecins sur les écrans a pu surprendre nombre d’observateurs. Tout autant que l’espace occupé, certains ont pu s’émouvoir des oppositions, entre ceux et celles qui avaient pourtant été convoqués par des médias très « en demande » pour exprimer le point de vue de la science… Il y a un siècle, être pleinement médecin et journaliste était pourtant tout à fait assumé. Au sein d’une presse médicale particulièrement active, nombre de praticiens écrivaient pour la science et la santé publique sans perdre de vue néanmoins leurs intérêts bien compris.

Recherche scientifique

Pourquoi la crise de la Covid-19 doit nous conduire, selon John Ioannidis, à améliorer toujours davantage l’efficacité de la recherche scientifique

Professeur de médecine, d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Stanford, également co-directeur du Meta-Research Innovation Center at Stanford (METRICS), John Ioannidis est considéré comme l’un des plus brillants chercheurs scientifiques au monde dans les domaines d’études qui sont les siens. Il a récemment co-écrit une étude, largement relayée dans les médias, concluant à l’impossibilité d’établir de manière absolument irréfutable l’efficacité plus grande des mesures les plus coercitives (confinements, fermetures de commerces, etc.) par rapport aux mesures moins contraignantes pour lutter efficacement contre la Covid-19.

Les 4 piliers scientifiques du développement industriel et économique

Au cours du siècle dernier, la France, comme tous les autres pays ayant connu un fort développement industriel et économique, s’est appuyé sur quatre piliers scientifiques : les mathématiques, la physique, la chimie et la biologie. Ces disciplines, considérées comme fondamentales, ont contribué chacune à leur manière, en formant des ingénieurs et des techniciens talentueux à la création d’une société bénéficiant d’un bien-être de haut niveau qui nous semble maintenant tout à fait naturel. Dans les années 1970, La France était considérée comme une nation industrielle prospère avec un budget public en équilibre.

Logiques d’opinion en France et ailleurs

Alors que la France semble bien touchée par une « seconde vague » ou un « rebond » très significatif de l’épidémie, que la rentrée du mois de septembre se déroule difficilement tant sur le plan sanitaire qu’économique, comprendre les logiques qui ont marqué l’opinion publique depuis le début de l’épidémie et revenir notamment sur les jugements et perceptions des Français pendant le confinement est un élément fondamental d’analyse.

La science à l’épreuve de la défiance

En juillet-septembre 2019, notre revue avait consacré un numéro au thème de la science. Cette parution s’effectuait à l’occasion du 80ème anniversaire du CNRS. Daniel Boy y analysait le surgissement de la défiance envers l’autorité de la science et Thierry Libaert les mécanismes d’instrumentalisation de l’argument scientifique. Pour les 20 ans du Conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot, nos deux auteurs ont collaboré avec l’Institut Ipsos pour réaliser une nouvelle étude relative aux attitudes des français à l’égard de la science. Ce sondage a été effectué du 16 au 21 octobre 2020 sur un échantillon de 2 000 personnes. Cela nous offre l’occasion de remettre en perspective les résultats que nous avions présentés lors de ce précédent numéro.

La science, l’hôpital public et la santé ne sont pas compatibles avec la financiarisation Reagan/Thatcher et une politique de comptable

Pour le neurobiologiste Yehezkel Ben-Ari depuis de Gaulle et Chevènement/Mitterrand, les politiques n’arrivent pas à comprendre le fonctionnement de la science et de la santé car la planification à long terme, bien au-delà de la période qui sépare deux élections présidentielles, n’existe plus depuis l’abolition du Commissariat au plan version de Gaulle.