La science, l’hôpital public et la santé ne sont pas compatibles avec la financiarisation Reagan/Thatcher et une politique de comptable

Pour le neurobiologiste Yehezkel Ben-Ari depuis de Gaulle et Chevènement/Mitterrand, les politiques n’arrivent pas à comprendre le fonctionnement de la science et de la santé car la planification à long terme, bien au-delà de la période qui sépare deux élections présidentielles, n’existe plus depuis l’abolition du Commissariat au plan version de Gaulle.

Pierre d’angle ou pierre d’achoppement ? Les conditions actuelles des rapports entre sciences et religions

Face aux défis que les mondes scientifiques et religieux se lancent aujourd’hui, il convient sans doute de « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », afin de tirer le meilleur profit des questions, des défis mais aussi des connaissances et des valeurs propres à chacun. 

« L’obscurantisme fait que la parole de la science est de plus en plus inaudible »

Depuis 1978, le Comité de défense des scientifiques agit face aux nombreuses violations des droits de l’homme dont sont victimes, à travers le monde, les femmes et hommes de science. Dans une interview qu’il nous a accordée, Édouard Brézin, co-président du Codhos, revient sur le concept de droits de l’homme, évoque sa remise en cause, y compris par les sociétés qui les respectent, et s’inquiète de la montée de nouvelles formes d’obscurantisme fondées sur le rejet du progrès.

Qui réclame l’intégrité scientifique ?

Plusieurs enquêtes publiées dans la presse évoquent une augmentation sensible des méconduites scientifiques sans doute accélérée par une compétition internationale exacerbée. Ce constat a amené de nombreux pays et institutions qu’ils financent à s’intéresser à la problématique de l’intégrité scientifique. En 2016, Pierre Corvol s’est vu confier une mission par le secrétaire d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche afin de proposer des solutions opérationnelles innovantes.