Tout est vanité, Charles Allan Gilbert (1892)

Primaires des élections présidentielles : tout n’est que vanité

Face à la multiplication des candidatures pour d’éventuelles primaires, nous ne pouvons que nous inquiéter de ce déferlement d’animateurs politiques davantage que de femmes et d’hommes d’État. Programme fluctuant, mise en scène approximative, temporalité précipitée… peu de vision globale mais la volonté de marquer un temps, marquer l’espace pour sortir du lot sans sortir grandi. N’est-ce pas finalement la volonté de conjurer le vide en faisant circuler des images, des informations sans aucune articulation avec la réalité avec pour seul moteur l’amour-propre que l’on appelle Vanité ? Bienvenue au théâtre des faux-semblants.

Jean-Luc Mélenchon

La chronique présidentielle de Frédéric Saint Clair : Jean-Luc Mélenchon ou le populisme petit-bourgeois

Jean-Luc Mélenchon effectue sa rentrée politique avec des propositions « d’urgence sociale » qui ont fait réagir : SMIC à 1400€ net, année blanche pour les profits du CAC40, création de 1 million d’emplois aidés, blocage des prix des produits de première nécessité, etc. Un programme qui semble résolument orienté en direction des catégories populaires. Qu’en est-il réellement ?

Pérou

Pérou : retour sur des élections présidentielles agitées

Ce 28 juillet 2021 ne représentait pas n’importe quelle date dans l’histoire du Pérou, c’était l’anniversaire du bicentenaire de l’Indépendance du Pérou. Sur fond de COVID19 et d’une situation post-électorale confuse, cette date événement était aussi marquée par l’investiture du nouveau président Pedro Castillo. La société péruvienne est polarisée, entre une volonté de changement mais aussi une conservation des traditions qui font la richesse du pays.

Palais de l'Elysée

Une lente (et irréversible ?) dégradation de la fonction présidentielle (Partie 3 et fin)

Depuis quelques décennies, chacun s’accorde pour dire que la fonction présidentielle n’est plus exercée avec la hauteur voulue. Ce qu’avait impulsé le général de Gaulle, qui avait aussi une certaine idée de ladite fonction, a pour l’essentiel disparu. Ses successeurs ont, petit à petit, chacun à sa façon, avec plus ou moins de zèle, dégradé celle-ci. Essentiellement en n’étant pas à la hauteur. Trop d’implication partisane, trop d’activisme. Pas de grand dessein. Pas de charisme. Une légitimité parfois contestable. Des « affaires ». Médiatisation à tous crins. Bref, pour reprendre une image d’athlétisme empruntée au saut en hauteur, tout est une question de barre !

L’abstention ou comment l’économie explique certains comportements

La démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Ainsi, peut-on résumer l’enseignement reçu après analyse des résultats des deux tours des élections régionales organisées à la fin du mois de juin 2021. Olson, un économiste, avait détecté dès 1965 dans les sphères économiques un phénomène identique à celui vécu comme un mini-séisme par une très large part de la classe politique française. Celui du passager clandestin.

Marianne

Marianne ! Ils t’ont oubliée !

Les dernières élections régionales et départementales auront été marquées par deux fiascos inquiétants : la distribution approximative des documents électoraux aux citoyens et l’importance de l’abstention. Inutile d’épiloguer sur le premier point, il suffira de relever que, décidément, le recours au privé pour effectuer des tâches que les services publics assuraient correctement depuis des dizaines d’années, est une erreur et les dérisoires « excuses » présentée par le ministre de l’Intérieur n’enlèvent rien à l’évidence de son incompétence et de celle de ses pairs, pour avoir fait un tel choix.