Emmanuel Macron

Chronique présidentielle : Macron 2022 ou la stratégie du parasite politique

Emmanuel Macron, candidat non encore déclaré, multiplie les déplacements et les thématiques. Lundi, à Nice, il s’est exprimé sur la sécurité. Pourquoi, en pleine crise du Covid, et alors que les médias ne parlent que d’Omicron et de passe vaccinal, décider d’un déplacement consacré à la sécurité ? Et pourquoi à Nice ? En d’autres termes : quelle est la stratégie d’Emmanuel Macron ?

Carte région Amérique du Sud et Mer des Caraïbes

L’Amérique latine et les Caraïbes en 2022 : l’heure de vérité ?

Sans nul doute, 2021 a constitué une année charnière en Amérique latine et dans les Caraïbes. Plus que jamais, le sous-continent apparaît fragmenté dans la diversité des réalités nationales des 33 pays qui le composent. La crise sanitaire perdure malgré le retour de la croissance qui n’est, cependant, pas suffisante pour effacer les effets dévastateurs de ces deux dernières années. Réponses sanitaires diverses et insuffisantes, grogne sociale dans les rues, soubresauts économiques ou encore tensions politiques exacerbées sont autant de souffrances et d’effets qui se traduisent dans les urnes par des alternances politiques radicales.

Emmanuel Macron

Chronique présidentielle : Omicron et la crise du rationalisme politique macronien

Au-delà des querelles enflammées relatives au piétinement des libertés, à la pertinence ou à l’opportunité des nouvelles mesures sanitaires, ainsi qu’à la complaisance éventuelle des plus hautes institutions, Conseil d’Etat et Conseil Constitutionnel, le Sars-Cov-2, et plus particulièrement Omicron, révèle une crise profonde. Une crise bien plus essentielle que celle qui fracture la démocratie représentative, une crise philosophique en quelque sorte, en ce qu’elle affecte ce que Michael Oakeshott a qualifié de « courant intellectuel le plus remarquable de l’Europe après la Renaissance » : le rationalisme politique.

Hôtel de Ville

La révolution territoriale

2022 fêtera les 40 ans des lois de décentralisation. N’est-il pas temps, éclairés par les différentes crises sociale, démocratique et sanitaire vécues et surmontées sous la présidence d’Emmanuel Macron, d’engager résolument la réforme administrative de l’Etat ? David Lisnard, le nouveau Président des maires de France, déclarait lors du récent Congrès de l’AMF* : « la démocratie a besoin d’être oxygénée, dynamisée notamment par la décentralisation et la subsidiarité ».

Pierre Moscovici

Mais qui va noter Mosco ?

Dans une interview donnée récemment au journal Le Parisien, Pierre Moscovici, Premier président de la Cour des comptes, a annoncé son intention d’intervenir dans la campagne électorale qui s’annonce, pour y jouer un rôle de « vigie » et dénoncer « la désinformation » et « les annonces caricaturales ». Son ambition affirmée est rien de moins que de « dire la vérité aux Français », à travers des prises de position de l’institution qu’il préside sur les propositions des candidats. Il va tout simplement les noter. Mais lui, qui le notera ?

Les Républicains

Chronique présidentielle : Eric Ciotti, seul contre tous

Le troisième débat des Républicains n’a rien apporté de très nouveau, à l’exception d’une séquence fort révélatrice, où les candidats ont été amenés à commenter la diatribe ultra-violente du centriste UDI Jean-Christophe Lagarde à l’encontre d’Eric Zemmour : « M. Zemmour, si Pasqua était là, il te filerait une balle dans la tête. » Petit retour sur une série de vilénies et d’hypocrisies bon teint.

Les Républicains

Chronique présidentielle : Débat LR, un conformisme atlantiste regrettable en matière de guerre contre le terrorisme

Lundi 8 novembre au soir a eu lieu le premier débat du Congrès LR, un débat assez long sans être ennuyeux ; utile pour commencer à distinguer les approches des cinq candidats. Une unique question internationale : la guerre ! La guerre au Mali. La guerre contre le terrorisme islamiste. L’occasion d’exposer les contours d’une approche de la guerre lucide et innovante ? Pas vraiment.

Cour des comptes

Où va la Cour des comptes ?

Pierre Moscovici, premier Président de la Cour des comptes, s’est récemment exprimé dans plusieurs journaux dont le Parisien[i.21 octobre 2021.]. Il y développe des inflexions dans la mission de la Cour des Comptes qui apparaissent comme une officialisation et un approfondissement de changements fondamentaux en gestation depuis les années 1990.