Le référendum climat : La participation citoyenne en trompe-l’œil

Le 14 décembre dernier, Emmanuel Macron annonçait les résultats de la Convention citoyenne sur le climat. Parmi ses propositions, dont une grande majorité a été retenue par le Gouvernement, on peut retrouver la suppression de certaines lignes aériennes intérieures ou encore l’interdiction de l’extension des zones commerciales périurbaines.

Un référendum environnemental ? Constitutionnel mais inutile

Voici l’analyse que nous proposons suite de la décision du président Macron d’un « référendum vert ».  En effet lundi 14 décembre, pour faire bonne mesure des propositions de la Convention Théodule. Pardon Convention Citoyenne pour le Climat. Ne pourrait-on pas songer à une telle convention sur la reproduction des escargots du Poitou ou bien sur la prolifération des ras taupiers en Auvergne ?!

Référendum climat & environnement : Macron encore perdant

Le climat et l’environnement sont parmi les thèmes les plus chers aux Français. Un sondage annuel sur les fractures françaises, réalisé en septembre 2019 pour La Fondation Jean Jaurès et l’Institut Montaigne, plaçait « la protection de l’environnement » en tête de leurs priorités. Emmanuel Macron a décidé de marquer d’une pierre blanche cet intérêt national, et de demander aux Français de se prononcer par référendum pour que la Constitution soit modifiée en son article premier, incluant désormais « la préservation de l’environnement, de la biodiversité et la lutte contre le dérèglement climatique ». Une décision qui semble aller dans le sens de l’histoire et répondre à l’attente des Français. Et pourtant, contre toute attente, Emmanuel Macron en sortira encore perdant. En trois points.

Mexique : avant le procès de la corruption, le procès du populisme

L’arrestation, le 15 octobre dernier, aux Etats-Unis du général Salvador Cienfuegos, ancien secrétaire mexicain de la Défense, pour blanchiment d’argent et trafic de drogue n’est que le dernier acte d’une longue série de cas de corruption aux plus hauts niveaux de l’Etat mexicain. Si l’actuel président a juré d’éradiquer ce mal endémique, ses actes tiennent plutôt d’un populisme qui met en danger la démocratie. Par Nathan Le Guay

Le référendum, la Ve République et la démocratie

Le référendum, la Ve République et la démocratie

La place occupée par le référendum dans la Constitution de 1958 marque d’abord la volonté du général de Gaulle d’établir un lien direct entre le chef de l’État et le peuple. En cela elle fait écho au mouvement révisionniste de la IIIe République visant à briser la souveraineté parlementaire pour la rendre à son véritable […]