Lettre ouverte des déçus de la droite, du centre et de la gauche, des cocus du macronisme, qui hésitent entre abstention et vote extrémiste

Venus de bords différents, la droite, la gauche, le centre, comment aurions-nous pu imaginer de signer la même tribune ? Certes nous partageons au moins l’accablement à l’idée de la paire de visages qui se dessineront sur les écrans au soir du premier tour. Nous avons  voté LR, PS, Centre… puis pour beaucoup Macron. Souvent nous ne votons plus, à moins d’être tentés par les extrêmes.

Pluie torrentielle

A la croisée des chemins, un début d’été aux couleurs de l’automne et de l’incertitude

A peine le fiasco pour la démocratie et le coup de semonce d’un taux d’abstention record au deuxième tour des élections départementales et régionales, balayés par les médias et une classe politique d’ores et déjà lancée à corps perdu dans la prochaine compétition électorale, le variant Delta vient raviver le lent et corrosif cauchemar de la pandémie, allié a une météorologie meurtrière en ce début d’été triste et lourd de menaces un peu partout dans le monde…

L’abstention ou comment l’économie explique certains comportements

La démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Ainsi, peut-on résumer l’enseignement reçu après analyse des résultats des deux tours des élections régionales organisées à la fin du mois de juin 2021. Olson, un économiste, avait détecté dès 1965 dans les sphères économiques un phénomène identique à celui vécu comme un mini-séisme par une très large part de la classe politique française. Celui du passager clandestin.

Marianne

Marianne ! Ils t’ont oubliée !

Les dernières élections régionales et départementales auront été marquées par deux fiascos inquiétants : la distribution approximative des documents électoraux aux citoyens et l’importance de l’abstention. Inutile d’épiloguer sur le premier point, il suffira de relever que, décidément, le recours au privé pour effectuer des tâches que les services publics assuraient correctement depuis des dizaines d’années, est une erreur et les dérisoires « excuses » présentée par le ministre de l’Intérieur n’enlèvent rien à l’évidence de son incompétence et de celle de ses pairs, pour avoir fait un tel choix.