Pierre Moscovici

Mais qui va noter Mosco ?

Dans une interview donnée récemment au journal Le Parisien, Pierre Moscovici, Premier président de la Cour des comptes, a annoncé son intention d’intervenir dans la campagne électorale qui s’annonce, pour y jouer un rôle de « vigie » et dénoncer « la désinformation » et « les annonces caricaturales ». Son ambition affirmée est rien de moins que de « dire la vérité aux Français », à travers des prises de position de l’institution qu’il préside sur les propositions des candidats. Il va tout simplement les noter. Mais lui, qui le notera ?

Les Républicains

Chronique présidentielle : Eric Ciotti, seul contre tous

Le troisième débat des Républicains n’a rien apporté de très nouveau, à l’exception d’une séquence fort révélatrice, où les candidats ont été amenés à commenter la diatribe ultra-violente du centriste UDI Jean-Christophe Lagarde à l’encontre d’Eric Zemmour : « M. Zemmour, si Pasqua était là, il te filerait une balle dans la tête. » Petit retour sur une série de vilénies et d’hypocrisies bon teint.

Chronique présidentielle : La candidature d’Anne Hidalgo a-t-elle un sens ?

Après une déclaration de candidature à l’élection présidentielle le 12 septembre dernier, un alignement express, surprenant et contesté, du Parti Socialiste, quelques propositions jugées démagogiques par l’ensemble de la classe politique puis un mois de silence médiatique quasi-total, Anne Hidalgo a finalement choisi de lancer sa campagne ce dimanche par un grand meeting à Lille.

Michel Barnier

Chronique présidentielle : Michel Barnier, le faux troisième homme

Michel Barnier, plusieurs fois ministre et commissaire européen, notamment négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, a été placé par les sondages dans cette position si centrale du « troisième homme » en prévision du congrès LR. Erreur manifeste des sondeurs, semblable à celle qui avait placé Alain Juppé favori de la primaire de la droite […]

Tout est vanité, Charles Allan Gilbert (1892)

Primaires des élections présidentielles : tout n’est que vanité

Face à la multiplication des candidatures pour d’éventuelles primaires, nous ne pouvons que nous inquiéter de ce déferlement d’animateurs politiques davantage que de femmes et d’hommes d’État. Programme fluctuant, mise en scène approximative, temporalité précipitée… peu de vision globale mais la volonté de marquer un temps, marquer l’espace pour sortir du lot sans sortir grandi. N’est-ce pas finalement la volonté de conjurer le vide en faisant circuler des images, des informations sans aucune articulation avec la réalité avec pour seul moteur l’amour-propre que l’on appelle Vanité ? Bienvenue au théâtre des faux-semblants.

Eric Zemmour

Le problème de l’identité dans la course à l’Elysée

Eric  Zemmour, avec le lancement très médiatisé  de son dernier  ouvrage « La France n’a pas dit  son dernier mot »  est entré comme par effraction dans la campagne électorale. Il est arrivé  le 18 septembre au  Palais des Congrès de Nice sous les applaudissements et les cris de «  Zemmour président ». Mais le polémiste vedette de CNews ne s’est pas encore prononcé sur ses intentions : « Ce n’est pas ce soir, a-t-il dit, que je me prononcerai »…

Budget France

Le projet de budget pour 2022 est-il sincère ?

Les oppositions parlementaires et quelques députés de la majorité ont critiqué la présentation du budget pour 2022 en le présentant comme un budget à « trous », un « brouillon ». Le haut conseil des finances publiques (HCFP) que la loi charge d’émettre un avis sur celui-ci, écrit qu’il « n’est pas en mesure de se prononcer sur la plausibilité de la prévision de déficit public », parlant d’ « information lacunaire ». De quoi s’agit-il ?

Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour

Chronique présidentielle : Le débat Zemmour-Mélenchon

Un long filage, parfois cacophonique, de références historiques et de désaccords idéologiques a opposé deux figures antisymétriques de la vie politique et médiatique française, Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour, durant deux heures, hier soir, sur BFMTV. Les deux adversaires étaient venus pour en découdre, ce qui pouvait laisser entendre que l’un des deux serait vainqueur par K.O. Il n’en a rien été. Un match un peu poussif, parfois même ennuyeux, mais honnête et mené dans les règles de l’art. Bilan : une victoire aux points de Jean-Luc Mélenchon, d’une courte tête.

Jean-Luc Mélenchon

La chronique présidentielle de Frédéric Saint Clair : Jean-Luc Mélenchon ou le populisme petit-bourgeois

Jean-Luc Mélenchon effectue sa rentrée politique avec des propositions « d’urgence sociale » qui ont fait réagir : SMIC à 1400€ net, année blanche pour les profits du CAC40, création de 1 million d’emplois aidés, blocage des prix des produits de première nécessité, etc. Un programme qui semble résolument orienté en direction des catégories populaires. Qu’en est-il réellement ?