Recherche scientifique

Pourquoi la crise de la Covid-19 doit nous conduire, selon John Ioannidis, à améliorer toujours davantage l’efficacité de la recherche scientifique

Professeur de médecine, d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Stanford, également co-directeur du Meta-Research Innovation Center at Stanford (METRICS), John Ioannidis est considéré comme l’un des plus brillants chercheurs scientifiques au monde dans les domaines d’études qui sont les siens. Il a récemment co-écrit une étude, largement relayée dans les médias, concluant à l’impossibilité d’établir de manière absolument irréfutable l’efficacité plus grande des mesures les plus coercitives (confinements, fermetures de commerces, etc.) par rapport aux mesures moins contraignantes pour lutter efficacement contre la Covid-19.

Bienvenue au pays des shadoks !

Douce et belle France, du haut du ciel, de Voltaire à Claude Pieplu, le regretté père des shadoks, en passant par Beranger  tous les penseurs et pamphlétaires qui ont illustré au long des siècles le formidable sens de l’humour et de la résilience du peuple du royaume hexagonal, doivent se réveiller et sourire, en dépit de la gravité de l’heure, et songer qu’heureusement il y a bien longtemps que le ridicule ne tue plus sur cette terre qui s’ éveille au renouveau, en ce 20 mars 2021… Par Eric Cerf-Mayer.

Les tyrannies de l’épidémie : pourquoi il faut lire le dernier livre de Christophe Barbier

Plusieurs détracteurs de l’idéologie du tout sanitaire et de l’hygiénisme intégral dénoncent depuis maintenant un an environ l’existence, en France comme ailleurs dans le monde, d’une « dictature sanitaire » ou d’une « tyrannie médicale ». Dans son dernier livre, Les tyrannies de l’épidémie (Paris, Fayard, 2021), sous-titré Nos libertés sacrifiées et dédié entre autres à « toute la […]

Les risques d’un biopouvoir disciplinaire

Alors que la France a vu son confinement assoupli ce samedi 28 novembre 2020, la journée n’a pas été uniquement marquée par la réouverture de nombre de commerces et la possibilité de se déplacer un peu plus loin et un peu plus longtemps ; elle a aussi été le théâtre de manifestations contre le projet de loi de sécurité globale. Était-ce bien le moment, en effet, d’adopter une loi de sécurité globale dans un pays en état d’urgence sanitaire, où le quotidien de chacun est profondément bouleversé ? s’interrogent Valérie Charolles et Laurent Quintreau.

L’édito d’Arnaud Benedetti avec notre partenaire Radio Orient

Après l’allocution présidentielle et la conférence de presse du Premier ministre, il convient de s’interroger sur ce que nous dit la communication de l’exécutif, de l’état d’esprit de ce dernier. L’idée générale, dans un contexte de grandes tensions psychologiques et économiques, est d’abord de tenir l’opinion en occupant le terrain, en imposant sa grille de lecture de la situation et en évitant qu’à la préoccupation sanitaire et à l’inquiétude sociale se greffe la crise politique.